AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Would you lay with me and just forget the world? (Susan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Messages : 584
Pseudo : jesaispas (Manon)
Id Card : H. Cavill, ©Shiya(ava) Endlesslove(code sign)
Age : 33 ans
Job : Agent de police dévoué
Imprévu : Tu t'es retrouvé au milieu d'une bagarre.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Lun 6 Mar - 21:54


Assis dans un fauteuil qui en a sûrement vu des personnes paniquées, angoissées de perdre un proche. Ce fauteuil a certainement écouté les prières et s’est imbibé de l’espoir de chacun. Thomas fixe la porte vitrée de cette salle d’attente, il reste à l’affût d’un médecin qui se hasarderait à lui donner de bonnes ou de mauvaises nouvelles. Les minutes passent telles des secondes, il ne se rend pas compte qu’il patiente depuis facilement deux petites heures. ‘Allez manger quelque chose Monsieur, les médecins en ont encore pour plusieurs heures. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour mesdmoiselles Fawkes.’ Le policier acquiesce, le regard absent. Il aimerait rassurer l’infirmière en lui offrant un sourire mais il en est incapable. Il ne cesse de se demander laquelle des deux sortira en première et en vie du bloc opératoire ; il se rend compte que cette question le tourmente à le rendre fou. Thomas décide d’écouter l’infirmière, aller faire un tour lui rafraichira les idées. La pluie a commencé à tomber sur Montana, comme si l’atmosphère partage le chagrin de l’homme. Ce dernier n’a ni faim, ni soif ; son esprit le retient, laissant son corps agir tel un robot en mode automatique. Il aimerait faire quelque chose de ses bras et de ses jambes, balancer quelque chose et shooter dedans à s’en épuiser. L’air frais l’attire, il pousse les portes et s’arrête sous le perron de l’entrée des urgences. Inspirant, expirant, tentant de calmer tous les sentiments qui se battent à l’intérieur de sa cage thoracique. Ses yeux n’ont plus pleuré depuis des années, et pourtant quelques larmes s’échappent et se frayent un chemin sur les joues crasseuses de l’homme au fur et à mesure que les images de ses amies ensanglantées lui reviennent à chaque battement de paupière. La pression de cette journée redescend peu à peu, ce qui n'aide en rien à la maitrise de ses émotions. La pluie est chassée par le vent, se mêlant ainsi aux larmes salées de Thomas sur son visage; ce qui l’arrange puisqu’il sera moins évident de déceler celles-ci, une fois à l’intérieur.
Une fois plus serein, il se crée un chemin à travers les brancards des urgences afin de retrouver le chemin de la salle d’attente. Thomas s’apprête à quitter le service des urgences lorsqu’un lit en particulier attire son regard. Sur ce lit se trouve Susan, en attente de soin. Il l’avait croisée un peu plus tôt dans la journée, après avoir dégagé les victimes de la superette. Il se souvient de l’étreinte qu’il n’avait pas pu retenir, il aurait aimé l’accompagner directement à l’hôpital mais son patron lui avait ordonné de rester sur les lieux de la tragédie afin de terminer le boulot. Il se dirige vers la vétérinaire blessée, il marque un temps d’arrêt avant de s’introduire auprès d’elle et de s’asseoir sur la chaise mise à disposition près du lit. Thomas est fatigué. Son visage est pâle et sale, son uniforme est abimé et poussiéreux de part ses expéditions dans les ruines de la superette. Il n’a pas encore remarqué les quelques taches de sang sur sa chemise. Comment tu vas ? Et cette cheville ? demande-t-il finalement, posément. Bien que ses traits soient préoccupés, il est content de pouvoir voir le visage de Susan. Il espère simplement qu’elle n’ait rien de grave, une commotion ou même une hémorragie est si vite arrivée. Surtout qu’elle a été brutalement renversée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 1155
Pseudo : Susy
Id Card : Elizabeth Olsen + Maleficient (Signa: Solosland)
Age : 28 ans.
Job : Vétérinaire de la réserve naturelle de Montana.
Imprévu : Tu as trouvé un bison mourant.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Sam 11 Mar - 15:47

Would you lay with me and just forget the world?


Susan se tenait assise sur le lit d’hôpital, son regard triste passant sur les autres blessés qui se tenaient autour d’elle. Et aujourd’hui, dans la salle des urgences de Montana ne désemplirait pas. Elle avait renoncé à croire que ce n’était qu’un mauvais rêve dont elle allait bientôt se réveiller parce qu’elle n’arrivait pas à comprendre comment une journée qui avait commencé le plus normalement possible pouvait se terminer ainsi. Tout cela était  bel et bien réel. Les larmes aux yeux, elle se retenait, elle contenait toute la peur qu’elle avait ressentie. Elle n’avait pas eu de nouvelles de Lucrezia et Katej, les plus gravement blessées, certainement au bloc encore. Elle voulait simplement qu’on lui dise que tout le monde s’en était sorti vivant. Le regard perdu dans le vide, elle pouvait sentir toute l’adrénaline de l’accident et l’angoisse qui avaient suivi redescendre peu à peu, elle pouvait maintenant sentir la douleur à sa cheville. Les images de l'accident lui revienne en tête, c'est un peu flou, tout était allé si vite, elle n'avait  rien vu venir, en quelques secondes à peine la belle journée avait tourné au cauchemar.  

Elle avait déjà vu le médecin une première fois, sa cheville n'était pas cassé, simplement foulée. Il avait préféré la garder encore un peu, craignant une légère commotion. Il ne lui sembla pas avoir perdu connaissance, mais le docteur ne voulait prendre aucun risque. Elle allait s'en sortir avec quelques jours de repos et des béquilles.

Son frère avait encore du travail avec les autres pompiers, ils devaient encore stabiliser les débris qui menaçait de s'écrouler. Elle lui avait dit que tout irait bien, mais elle avait hâte qu'il revienne, elle n'avait pas la notion du temps, mais depuis au moins une heure elle se retrouvait toute seule au milieu de tout ces allers-retours des médecins. Et ça ne l'aidait pas à essayer de penser à autre chose, elle n'avait même pas de moyen de prévenir ses parents et de leur dire de venir la chercher. Elle prend quelques grandes inspirations, luttant contre les larmes. Elle se répétait que tout allait bien et que dans quelques heures elle serait à la maison. Une présence se fait sentir à ses côtés. Thomas. Son visage marqué la saleté et l'inquiétude, le regard triste. Elle pouvait voir les traces de sang sur son uniforme. Il avait cherché les filles dans les décombres, il les avait sorti de là-dessous, entre la vie et la mort. Contrairement à leur dernière rencontre, le coeur n'est pas joyeux. Mais déjà, par sa simple présence, elle se sentait rassurée. Comme tout à l'heure quand il était venu la prendre dans ses bras. Protégée de toute cette horreur. Le voir de nouveau à ses côtés lui donnait cette étrange impression de soulagement. "Elle est simplement foulée" Sa voix est cassée par l'émotion, elle peut la sentir monter mais avant elle veut savoir s'il sait comment vont les Katej et Lucrezia."Tu as des nouvelles des filles?" Son coeur se serre de le voir dans cet état. Elle se penche passant sa main sur son visage dans un geste qu'elle voulait rassurant. Et les larmes se mettent à couler sur ses joues


_________________
+ Les commencements ont des charmes inexprimables +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 584
Pseudo : jesaispas (Manon)
Id Card : H. Cavill, ©Shiya(ava) Endlesslove(code sign)
Age : 33 ans
Job : Agent de police dévoué
Imprévu : Tu t'es retrouvé au milieu d'une bagarre.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Lun 20 Mar - 3:10


Les écrans de la salle d’attente tournaient les images de l’accident en boucle sur une chaîne locale, ce jour est un scoop pour les journalistes plus habitués à couvrir les tempêtes de neige ou les petites affaires de village que ces évènements monstrueux. Les images de cette journée sont dignes d’une bonne série policière, difficile pour Thomas de savoir que faire. Toujours abasourdi pas l’accident, il tente de retrouver son fil de vie. Comment réagir après ça ? Est-il censé rire comme avant ? Les contraventions à rédiger lui paraitront bien fades, pourquoi s’acharner à de si petites bêtises alors que la vie ne tient qu’à un fil finalement ? Que d’interrogations pour l’homme ; voilà ce qu’on peut lire au fond de son regard alors qu’il prend des nouvelles de Susan.
Il est soulagé que sa cheville ne soit pas plus touchée, une bonne nouvelle dans ce malheur. La voix de la jeune femme l’interpelle. Bien qu’ils ne se soient croisés qu’à quelques reprises, il peut déceler qu’elle ne va pas bien. C’est relativement normal vu ce qu’elle vient d’endurer, et pourtant cette voix brisée lui serre le cœur. Tu as des nouvelles des filles?  La voilà, cette fameuse question. Il aimerait avoir plus d’informations afin de répondre à sa préoccupation de manière complète, mais il n’en est rien. Pas vraiment. Elles sont toujours en salle d’opération. J’ai l’impression que tout peut encore arriver… Thomas baisse la tête quelques secondes, le temps de ravaler sa douleur. Il sent alors la main de Susan sur son visage, un geste rassurant qui lui donne un peu de baume au cœur. Son visage relevé, son regard est plongé dans celui de Susan. Pas besoin de mots, ils seraient de trop.
Des larmes s’invitent à présent sur les joues de la vétérinaire, ce qui est normal après ces heures difficiles. De plus, elle est restée seule ici aux urgences, à attendre. Ses sentiments ont certainement dû se battre dans sa poitrine. Thomas la regarde, impuissant face à son chagrin  qu’il partage également. Si il n’avait pas pris l’air quelques minutes auparavant, il n’aurait pas pu retenir quelques larmes également. Cette Susan brisée l’émeut. Son regard est doux, il aimerait la rassurer en lui affirmant que tout va rentrer dans l’ordre. Mais il ne peut faire de promesses qu’il ne pourra pas tenir, il n’est ni Dieu ni le Destin. A ce moment, Thomas aimerait rencontrer ces deux gars-là pour leur mettre une bonne droite.
Il prend sa main dans la sienne, mais après tout, son chagrin mérite plus que ça. Il lâche alors un discret Attends… avant de se faire une petite place auprès d’elle sur le lit d’hôpital. Sans se faire trop envahissant, il glisse un bras autour d’elle. Si Tommy a de gros bras, c’est pour s’en servir autrement que pour enfoncer un clou dans un mur. Son intention n’est pas t’arrêter ses larmes, non, elle doit extérioriser ce qu’elle a sur le cœur. Thomas souhaite simplement lui montrer qu’elle n’est pas seule, et que ses épaules sont bien assez grandes pour son chagrin à elle. Il ne bouge plus, il reste silencieux quelques moments ; tentant de faire abstraction du brouhaha médical autour d’eux.
Thomas se décide enfin à lui demander Que puis-je faire ?  Cette question englobe tout ; un téléphone pour passer un coup de fil, un chauffeur pour la ramener chez elle, quelqu’un pour lui changer les idées… Il lui est entièrement dévoué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 1155
Pseudo : Susy
Id Card : Elizabeth Olsen + Maleficient (Signa: Solosland)
Age : 28 ans.
Job : Vétérinaire de la réserve naturelle de Montana.
Imprévu : Tu as trouvé un bison mourant.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Lun 20 Mar - 19:22

Would you lay with me and just forget the world?


Elle ne saurait dire combien de temps précisément elle avait attendu sur ce lit, il lui semblait que le temps s’était arrêté. Il y avait ces va-et-vient incessants des médecins et de leurs visages graves qui n’inspiraient rien de bon. Les portes des urgences n’avaient eu cesse de s’ouvrir laissant entrer de nouveaux blessés, certains dans un état plus grave que d’autres. Elle s’obligeait à rester forte encore un peu, à tenir jusqu’à son retour chez elle. Il y avait des blessures plus graves que la sienne mais la violence de l’accident l’avait laissée désemparée avec cette impression de ne pas pouvoir être utile. Tout était arrivée si vite. L’espace d’un claquement doigt et c’était une véritable scène de catastrophe qui se déroulait à Montana. Avec ces connaissances en médecine elle avait essayé d’aider au mieux, sous le choc elle n’avait pas eu le temps de se poser de questions. Maintenant, ses pensées se bousculaient, ressassant ce qu’il venait de se passer. L’adrénaline qui tombe, l’absence de nouvelle. Elle est soulagée d’enfin voir quelqu’un approcher de son lit, attendre seule était insoutenable dans cette situation. Elle est soulagée que ce quelqu’un soit Thomas. Elle n’a pas besoin de faire semblant que tout va bien, elle peut le voir dans son regard à lui aussi que ça ne va pas. Qui pouvait aller bien après ce qu’ils venaient de vivre. Ils ne pouvaient se connaître que depuis peu, elle pouvait sentir son cœur se serrer un peu plus en le voyant ainsi. Elle n’a pas besoin de lui demander, elle sait qu’il se pose déjà mille et une question en plongeant son regard dans le sien, son arrivé met à mal sa volonté de ne pas laisser sa peine exploser maintenant. Il s’enquit de l’état de sa cheville. Ça allait, la douleur physique passerait plus vite que le traumatisme. La gorge serrée elle lui demande des nouvelles des filles mais bien sûr il est encore trop tôt. Il faudrait certainement plusieurs heures d’opérations. Tout ce qui importait c’est qu’elles s’en sortent.  

C’est tout naturellement que sa main vient trouver le visage de l’homme, une manière de lui montrer son soutien, qu’elle était là et qu’elle n’avait pas besoin qu’il parle. Ça la ramène quelques temps plus tôt, dans le calme de la réserve, quand elle l’avait recroisé, il y avait eu des silences aussi, elle comprenait maintenant que quand deux personnes se comprennent les mots sont parfois inutiles. Elle sert fort sa main alors que les larmes coulent, laissant enfin sa peine sortir. Elle se redresse quand elle comprend ce qu’il veut faire avant de lui laisser une place à ses côtés. Ce n’est ni gênant ni non-approprié, ils sont juste deux personnes qui cherchent un peu de soutien face à une dure épreuve. La tête posée contre son épaule, elle se laisse aller contre lui, sa main trouvant la sienne, elle ne cherche plus à retenir sa peine. « Reste…s’il te plait.»murmure-t-elle simplement. C’était tout ce qu’elle voulait: qu’il reste en attendant le médecin. Jusqu'à temps qu'elle parte même.

_________________
+ Les commencements ont des charmes inexprimables +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 584
Pseudo : jesaispas (Manon)
Id Card : H. Cavill, ©Shiya(ava) Endlesslove(code sign)
Age : 33 ans
Job : Agent de police dévoué
Imprévu : Tu t'es retrouvé au milieu d'une bagarre.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Mar 21 Mar - 0:11


Bien que le but premier de ses gestes étaient d’apporter du réconfort à Susan, il s’avère que tout ceci lui est également bénéfique. Etre posé aux côtés de quelqu’un apaise ses peurs, Thomas se sent moins vulnérable. A deux, ils sont plus forts.
Je reste. Autant qu’il le faudra. Le policier serre un peu plus la main de Susan pour lui montrer qu’il n’est pas pressé, il restera autant qu’elle en aura besoin. Il ne sait pas ce qu’il pourrait faire d’autre, ça lui paraît logique de rester à ses côtés. Qui voudrait rester seul en ce moment, dans cet état ? Il ne pourrait pas la laisser, il aurait l’impression de laisser une biche blessée sur le bord d’un chemin et ce n’est pas dans sa nature de ne rien faire. Les sanglots de la jeune femme lui donnent beaucoup de peine, qu’est-ce qu’il aimerait qu’un ange passe par ici afin d’arranger les choses. Le temps devient indéfinissable, ce moment est comme une parenthèse dans l’espace-temps. A peine se sont-ils rencontrés quelques fois qu’il a l’impression d’avoir déjà vécu un panel d’émotion à ses côtés. Ils se sont entraidés, se sont découverts et appréciés pour ensuite faire face ensemble à cette catastrophe. Tu dois avoir froid ! Le va et vient des brancards en cette journée particulière laisse le champs libre pour de nombreux courants d’air. De plus, l’adrénaline s’estompant, la fatigue prend le dessus et ce n’est jamais bon signe dans ces conditions. Peu importe la réponse de la blessée, Thomas arrive à stopper une infirmière dans sa course depuis leur lit afin de lui demander une couverture. Le sort s’acharne, sa réponse est négative, il n’y en a plus assez pour les urgences. L’homme se détache alors deux secondes de Susan pour retirer sa veste de service qui est encore bien chaude pour la saison. Il l’étale comme il peut sur la vétérinaire afin de lui éviter de frissonner. Il reprend ensuite la même position que quelques instants plus tôt. Sa main toujours dans la sienne, sa patience est sans limites. Le médecin peut se présenter trois heures plus tard, il attendra. Heureusement pour eux, ils ne devront certainement pas attendre autant. Un médecin au loin semble se diriger d’un pas décider vers eux, en espérant que ce soit vraiment le cas. Il y a tellement d’agitation que le staff médical doit avoir du mal à savoir où donner de la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 1155
Pseudo : Susy
Id Card : Elizabeth Olsen + Maleficient (Signa: Solosland)
Age : 28 ans.
Job : Vétérinaire de la réserve naturelle de Montana.
Imprévu : Tu as trouvé un bison mourant.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Mar 21 Mar - 23:16

Would you lay with me and just forget the world?


Elle avait choisi de venir vivre à Montana après ses études, de revenir dans ce lieu qu’elle n’avait jamais vraiment quitté. Elle était revenue le plus souvent qu’elle pouvait quand elle avait quelques jours de vacances, elle arrivait bien mieux à réviser dans le calme de Montana que dans la petite chambre qu’elle louait à New-York.  Sa famille, la réserve, tout lui avait manqué. Elle n’aurait pas supporté de soigner des chats d’appartements à longueur de journée. Elle avait toujours aimé cette tranquillité, ce sentiment qu’ici ils étaient protégés de tout. Elle le savait pourtant que la vraie vie ce n’était pas cela. Elle l’aurait voulu de toute ses forces comme la douce idéaliste qu’elle était. Ce qu’il venait de se passer c’était la réalité qui lui revenait de pleine face de la plus violente des manières. Que Thomas soit là à ses côtés l’aidait beaucoup. Dans d’autres circonstances, elle aurait aimé plus que tout ce moment qu’il partageait tous les deux.  

C’était égoïste quelque part de lui demander qu’il reste, le commissariat avait peut-être de besoin de lui ou bien avait-il d’autres personnes à aller réconforter. Mais c’est une vague de soulagement qui l’envahit quand elle entend ces deux petits mots. Je reste. C’est fou comment si peu de mots peuvent faire autant de bien. Elle se laisse aller un peu plus contre lui, l’adrénaline qui retombe, son corps qui se réveille et lui fait bien savoir qu’il n’avait pas aimé cette journée.

Ses bras autour d’elle, sa main dans la sienne…l’attente était déjà plus supportable avec Thomas auprès d’elle.  Elle s’apprêtait à lui dire que ce n’était pas grave, qu’elle pourrait tenir quand l’infirmière lui annonce qu’il n’y a plus de couverture que déjà elle avait la veste de son uniforme autour d’elle. « Merci » murmure-t-elle.

Susan se redresse quand le médecin qu’elle avait quelques heures plus tôt arrive à la hauteur du lit dans lequel ils se trouvent, elle ne lâche pas pour autant la main de Thomas. Le verdict : pas de commotion mais deux semaines de béquilles et quelques jours de repos. « Vous avez quelqu’un pour vous ramener ? ». Le médecin prenait le temps de s’arrêter, il n’y avait nul empressement dans sa voix. « Oui…je vais appeler de la famille ». Il hoche la tête, lui précisant qu’une infirmière passera dans quelques minutes pour les béquilles et les médicaments, et après la recommandation de ne pas rester seule chez elle ce soir et un sourire compatissant, il se dirige vers un autre lit. Son frère n’était toujours pas revenu, les pompiers devaient encore avoir du travail sur le lieu de l’accident. Susan s’attarde un instant sur leurs deux mains liées avant de relever les yeux vers le visage du policier, elle garde le silence pour quelques minutes de plus, elle voulait que ce moment dans ses bras dure un peu plus, c’était là où elle s’était sentie le plus en sécurité depuis le drame. Elle ignorait encore comment ils allaient tous surmonter cela. Tous ensemble ils y arriveraient. Avec lui près d’elle. « Je peux t’emprunter ton téléphone ? » Pourtant, la jeune blonde n'avait nulle envie de partir maintenant, elle voulait être là pour lui. « J’appellerai plus tard. Je reste avec toi » se reprend-t-elle finalement. Elle ne le laissera pas seul dans la salle d'attente, même si cela implique de rester encore aux urgences.  

_________________
+ Les commencements ont des charmes inexprimables +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 584
Pseudo : jesaispas (Manon)
Id Card : H. Cavill, ©Shiya(ava) Endlesslove(code sign)
Age : 33 ans
Job : Agent de police dévoué
Imprévu : Tu t'es retrouvé au milieu d'une bagarre.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Mer 22 Mar - 15:08


Sur le chemin de l’hôpital, il en avait profité pour passer un de coup de téléphone à Megan afin de s’assurer qu’elle allait bien. Il ne l’avait pas vue parmi les victimes ni les curieux aux alentours de la supérette. Il s’était donc assuré qu’elle n’avait pas été là. Par chance, elle avait été occupée par des cours matinaux de patinage. Sa sœur avait donc été bien loin de toute l’agitation, Thomas pouvait être rassuré sur ce point. Il lui avait promis de passer par chez elle en fin de journée afin de raconter tout ça. Mais il n’est pas sûr de pouvoir tenir sa promesse avec tout ce qui se passe aux urgences, il ne pourra pas s’en aller tant que les filles ne sont pas sorties du bloc opératoire. Ensuite, il ne veut pas abandonner Susan, qui se trouve visiblement seule en ce moment. Megan va bien, elle tiendra bien jusque demain pour le voir et discuter. Il y a bien plus urgent ici.
Sa veste retirée et placée sur Susan, il se rend un peu plus compte de l’état de son uniforme. Les taches rouges sur sa chemise provoquent un pincement au cœur, elles lui rappellent l’état de ses amies. Par chance, elles sont toujours en vie. En vie, mais par un minuscule fil délicat qui menace de se briser à n’importe quel moment. Lucrezia avait bougé ses doigts, Thomas tente de garder cette image positive en tête.

A l’arrivée du médecin, le policier se redresse en même temps que Susan, gardant néanmoins leurs mains jointes. Il écoute le verdict médical, son regard voyageant entre le médecin et la blessée pendant leur échange. Il est ravi qu’elle s’en sorte bien malgré les quelques jours en béquilles qui s’annoncent. Il suppose que ses frères s’occuperont bien d’elle une fois rentrée chez elle.
Il suit le regard de Susan qui finit pas se poser dans le sien, toujours le silence. C’est finalement ce dont ils ont besoin tous les deux, un silence partagé. Le retour du calme après un tourbillon d’émotions. Même si toute cette malheureuse aventure n’est pas terminée, une pause procure du bien et du réconfort avant de remettre à mal leur cœur.

Lorsqu’elle lui demande son portable, il s’apprête à lui répondre mais elle change d’avis pour l’instant. C’est maintenant au tour de Susan de décider de rester au près de lui. Ces mots lui arrachent un léger sourire, le premier sourire depuis tout ce fracas. Il aimerait bien lui demander si elle est certaine de son choix, lui dire qu’elle n’est pas obligée. Mais bizarrement, il lui semble que ce serait des mots en vain. Elle semble décidée. Si jamais tu veux tout de même passer un appel, mon téléphone est dans la poche intérieure de ma veste. Il désigne son manteau d’uniforme posé sur Susan. Thomas aimerait lui proposer de la raccompagner mais il n’est pas sûr des événements à venir aux urgences, c’est pourquoi il préfère ne pas s’avancer pour le moment. Mais peut-être plus tard.

Toujours ensembles sur le lit d’hôpital, en attente de l’infirmière, Thomas se souvient d’une anecdote sympathique. Une petite histoire pour penser à autre chose, se changer les idées et se rappeler que le monde n’est pas que malheur et horreur. Il n’y a quelques jours, j’ai trouvé un chaton sur le parking du poste de police, il se lance. Les traits de son visage sont plus détendus. Après une après-midi au poste, j’ai décidé de le ramener chez moi. Je n’ai jamais eu d’animaux de compagnie, de peur que mon style de vie les rende malheureux en restant seuls. Mais je n’ai pas pu laisser partir cette petite boule de poils. Un second sourire s’invite sur ses lèvres. Il ne sait pas encore comment va se passer sa colocation avec ce chaton mais Thomas aime déjà beaucoup cette peluche sur pattes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 1155
Pseudo : Susy
Id Card : Elizabeth Olsen + Maleficient (Signa: Solosland)
Age : 28 ans.
Job : Vétérinaire de la réserve naturelle de Montana.
Imprévu : Tu as trouvé un bison mourant.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Sam 25 Mar - 1:05

Would you lay with me and just forget the world?


L’hôpital de Montana ne cessait de se remplir à mesure que les blessés, les familles arrivaient. L’accident était arrivé si vite. Si violemment. Mais tous avaient réagis avant tant de courage. Elles étaient rares les interventions de ce type dans leur petite ville du Wyoming. Ils venaient de montrer qu’ils pouvaient y faire face rapidement, sans paniquer. Alors qu’elle était choquée par ce qu’il venait de se passer. C’était si effrayant de voir ce genre de choses se produire sous ses yeux sans qu’on sache vraiment quoi faire.

Le médecin parti il ne leur reste plus qu’à attendre l’infirmière et puis pourront-ils certainement trouver une place plus confortable pour attendre des nouvelles. Des deux filles. Des autres également. De tous tant qu’on lui disait que tout le monde allait s’en sortir. Enfin, cela prendrait du temps d’aller bien de nouveau pour les blessés comme pour tous les habitants de la ville. Elle ne doutait pas qu’ils y arrivent tous parce que ce soir plus que jamais ils avaient montré qu’ils étaient unis. Pour le moment, il fallait attendre. Cette attente était bien plus supportable avec la main de Thomas dans la sienne. Avec lui à ses côtés tout simplement, il n'y avait même pas besoin de mots, nul besoin de meubler la conversation, être là pour l'autre signifiait beaucoup pour elle en cette journée difficile. Il lui semblait que lui aussi ne soit pas gêné par ces silences qui pouvaient en dire bien plus que des mots. Mais parfois, parler avait du bon, comme pour ce qu'ils venaient de vivre.

L’imaginer lui et son imposante stature avec un chaton lui arrache un sourire. Penser à autre chose lui fait du bien. Et elle ne peut que l'apprécier un peu plus pour cela. « Tu lui as trouvé un nom ? » demande-t-elle sans se départir de son sourire.

L’infirmière arrive vers eux après quelques minutes, déposant les béquilles contre le lit et lui donnant une boite de médicaments et après quelques indications, elle lui indique qu'elle peut partir. Ils se retrouvent tous les deux. Elle jette un coup d’œil inquiet à ses béquilles, elle n’avait jamais encore eu à se servir de ce genre de chose, elle ne se plaignait pas, elle n'était blessée qu'à la cheville. Lâchant la main du policier, elle s'avance sur le rebord du lit, sa veste toujours sur les genoux, elle ne s'en était pas rendu compte immédiatement mais avec les émotions qui retombent, l'immobilité et les portes qui ne cessaient de s'ouvrir, elle avait maintenant froid. La jeune vétérinaire s'empare des béquilles d'une main, de l'autre elle remonte la veste sur elle. « Il doit rester des places dans la salle d’attente » finit-elle par lui dire, attendant sa réponse, peut-être voulait-il prendre l'air avant.  

_________________
+ Les commencements ont des charmes inexprimables +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 584
Pseudo : jesaispas (Manon)
Id Card : H. Cavill, ©Shiya(ava) Endlesslove(code sign)
Age : 33 ans
Job : Agent de police dévoué
Imprévu : Tu t'es retrouvé au milieu d'une bagarre.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   Lun 27 Mar - 19:37


Il est ravi de voir Susan retrouver le sourire, il faut dire que les petits félins ont toujours eu ce don. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont populaires sur internet. La question de la jeune femme le plonge dans ses souvenirs, lorsque Presley et lui se sont posés la même question. Barnaby ! Il s’appelle Barnaby, comme l’inspecteur dans une série britannique ?  il termine sa phrase par une interrogation suggestive afin de savoir si Susan situe la référence qu’il vient de citer. Thomas a toujours été fan de cette série parfois vieillotte mais captivante. Ses origines anglaises l’ont également lié à cette série télévisée.

Ils semblent tous les deux avoir retrouvé le sourire le temps de quelques minutes, une petite pause dans un indéfinissable flot d’émotions. Le moment redevient sérieux lorsque l’infirmière fait son apparition auprès d’eux. Aussitôt repartie, Thomas laisse la blessée se détacher de lui. Il remarque son inquiétude quant aux béquilles, il compatit. C’est lorsque notre mobilité est réduite que l’on se rend compte de la chance que nous avons de pouvoir gambader comme bon nous semble. Néanmoins, il sait que Susan s’adapte rapidement et ne se laissera pas faire par une paire de béquilles. La volonté et la débrouillardise de la belle l’avaient marqué lors de leur première rencontre sous la pluie. Thomas se lève du lit pour faire face à la vétérinaire tout en lui laissant de l'espace pour ses manoeuvres désormais handicapantes. Est-ce que ça ira ?  demande-t-il, incluant sa situation avec la veste, les médicaments… La veste, elle peut l’enfiler si elle le souhaite ; les médicaments, il peut s’en charger. A cet instant, il est présent pour elle. Je peux te trouver un fauteuil roulant pour le moment…  En effet, ils sont toujours dans l’enceinte de l’hôpital, elle a le droit de ne pas se préoccuper de ses béquilles pour l’instant. Attendant sa décision, Thomas la laisse faire comme bon lui semble, il ne souhaite pas se faire trop insistant.

Il doit rester des places dans la salle d’attente.  Elle ne semble pas avoir changé d’avis depuis son choix de rester auprès de lui, à attendre des nouvelles des filles. Mais la perspective de se retrouver encore dans cette salle d’attente ne le réjouis pas trop. En fait, il aimerait trouver un endroit qui se fasse moins médical. Un endroit où il est moins pénible d’attendre. Et une idée lumineuse frappe l’esprit de Tommy. Je pense qu’on serait mieux autre part. La dernière fois, je t’ai promis de t’offrir un café si on venait à se recroiser.  Non, il n'avait pas oublié ça, jamais. Il marque une courte pause, le temps de formuler correctement son invitation. Un petit sourire au bout des lèvres, il continue. J’avais imaginé d’autres circonstances, et surtout une meilleure qualité de café... Tu m’accompagnerais à la cafétéria ? Quant à attendre, autant patienter autour d’une boisson chaude pour reprendre un peu de force.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Would you lay with me and just forget the world? (Susan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Would you lay with me and just forget the world? (Susan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meryl - " If I just lay here, Would you lie with me and just forget the world? "
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUMP THEN FALL. :: (lights come on) :: - smoke break - :: - north of montana - :: hopital-
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.