AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I never tought you could hurt me again / Ryan Bass

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Dim 12 Fév - 20:52

 

I never tought you could hurt me again

Elle était de patrouille ce jour-là, Presley. Elle avait décidé de se rendre plus loin, au sud de la ville parce que bien souvent, c'est là qu'on y trouvait ceux qui avaient besoin d'aide. Quand ce n'était pas un jeune qui s'amusait à rouler trop vite, c'était quelqu'un en panne d'essence. Ce mois de février était plutôt rude en terme de température. Tempête après tempête, temps glacial par-dessus temps glacial. Cette journée là, ne faisait pas exception à la règle. Bien que le vent soit doux, des millions de petits flocons dansaient dans le ciel avant de se poser au sol dans un silence profond. Presley syntonisa un autre poste de radio. Celui qui jouait faisait passer de vieux tubes qu'elle détestait. Le genre qu'elle écoutait quand elle était avec son ex-petit-copain et dont elle n'avait absolument pas envie d'avoir de souvenirs. Pas par un temps aussi gris, aussi déprimant. C'est donc avec une mélodie un peu plus joyeuse qu'elle prit un tournant en voiture qui la mena droit devant une voiture qui ne roulait ni trop lentement, ni a toute allure. Ce n'était pas la vitesse qui l'interpellait. Non. Quelque chose clochait mais, Presley était incapable de mettre le doigt sur cette anomalie. Soudain, c'était là. La plaque d'immatriculation. Cette voiture dont elle avait déjà été passagère quelques fois le temps d'un raccompagnement. Cette voiture dans laquelle elle avait échangé quelques baisers avant de rentrer chez elle le coeur plein de ce sentiment d'espoir. Une fois, il l'avait même suivi chez elle pour partager un brin d'intimité. C'était avant qu'il parte pour l'autre côté de l'Atlantique et qu'il revienne avec une autre blonde à son bras qui mit le peu d'espoir que Presley avait rassemblé complètement en miette. Tellement de choses c'étaient passées depuis. Un frisson parcourra son corps. Ce frisson qui n'était pas associé à la température mais, à quelques chose de bien plus sombre.

Cette voiture, c'était celle de Ryan. Ryan le soldat décédé il y a près d'un an maintenant. Elle le savait. Presey le suivait depuis maintenant quelques secondes. Elle entra le numéro de la plaque dans son système pour vérifier si la voiture avait changé de propriétaire. Peut-être l'avait-on vendu. Mais non. Quelqu'un roulait avec la voiture du fantôme qu'elle avait autrefois affectionné. Elle activa les gyrophares pour indiquer au chauffeur inconnu de se ranger sur le côté. Il n'avait rien fait de mal pourtant. Elle souhaitait tombé sur un membre de la famille Bass qui aurait pu emprunter la voiture, qui sait ? Souhaitant quand même ne pas tomber sur elle. Ce qui rendrait la situation assez malaisante. La voiture devant elle se rangea enfin. Presley tenait le volant fermement en respirant nerveusement. Pourquoi diable cette voiture était-elle sur la route ? Les secondes paraissaient comme des minutes. Elle prit enfin sa tuque, qui était posée sur le banc passager. Le mit sur sa tête et posa sa main sur la poignée qui ouvrirait enfin sa porte. La qui tomba formait un mur dense. Trop dense pour peut-être entrevoir dans la voiture juste devant elle. Presley se décida enfin de sortir de sa voiture de police pour s'approcher de celle juste devant elle à qui elle avait demandé de se ranger. La voiture. Elle cogna à la fenêtre, « s'il vous plait ? Vos papiers et enregistrements ». L'interlocuteur baissa la fenêtre. Dites-moi que je rêve ? Pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 1:47



 "Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan




 

Rien ne s'était passé comme Ryan avait pu le prévoir depuis son retour. Pendant tout son séjour de convalescence lorsqu'il se trouvait en Russie, il pensait qu'il lui aurait suffit de poser un pied chez lui pour que toutes les questions qu'il se posait puissent trouver une réponse. La réalité était toute autre, et c'était un euphémisme de dire que tout ce qui s'était produit n'avait pas été anticipé. D'abord, être rentré chez lui, et découvrir une autre personne. Puis, se faire remarquer par l'une de ses sœurs même si il n'avait pas été plus discret que ça. Vouloir se cacher sans réellement le faire, c'était un concept qui n'avait pas grande chance de réussir. Il le savait, ici c'était une petite ville et son temps lui était compté. Mais sa soif de réponses avait été trop forte et lui avait fait commettre des erreurs, et par commencer des erreurs de jugements. Alors, après quitté sa sœur, il décidait de rentrer chez lui, en passant par les petites routes qui le mènerait au sud du Montana. Il voulait rester tranquille pour réfléchir.

Tout aurait bien pu se passer si il n'avait pas croisé la voiture de Presley qui se trouvait en patrouille ce jour là. Alors, méfiant qu'il était et d'autant plus depuis qu'il avait posé un pied sur le sol américain, il s'était rendu compte de la voiture de police derrière lui. Il ne s'inquiétait pas parce qu'après tout, il n'avait rien fait de spécial. Il avait juste jeté un coup d’œil dans son rétroviseur mais jamais il n'aurait pensé qu'on puisse l'arrêter. Et surtout, ça ne devait pas arriver. Double ironie du sort, il fallait non seulement qu'il se fasse remarquer alors qu'il cherchait à se faire tout petit, et il fallait que ça soit par la blondinette. Ce n'était pas la bonne personne, et encore moins le bon moment, mais ça il n'en avait encore pas conscience. Soudain, la sirène se mit à retentir. "Merde!" disait-il, en donnant un coup de poing sur son volant, avant de se ranger sur le coté non sans avoir réfléchit à toute éventualité. Fuir. Le liquider. Non, plus sérieusement, il n'avait plus qu'à attendre. Peut être qu'un de ses feux étaient défectueux, il n'avait pas fait de vérification avant de prendre la voiture, et c'était reposé sur Caecilia. Il s'exécutait alors, et se rangeait sur le coté, attendant que l'officier se pointe à sa fenêtre.

Je n'avais pas coupé le contact de savoir, une vieille habitude que j'avais prise, et m'étais assuré que rien ne trainait sur le fauteuil passager qui pouvait être compromettant. Après tout, Je n'étais plus à une erreur près. Mais déjà, je me posais des questions. L'agent mettait bien trop de temps à arriver, et cela ne me rassurait pas du tout. J'attendais alors, les mains en évidence sur le volant, qu'il daigne bien venir. Après un instant, il se décidait à arriver. Un coup d'oeil dans le rétroviseur pour voir sa démarche, et jauger brièvement le degré d'hostilité potentielle. Rien ne semblait transparaitre, et cela ressemblait plus à un contrôle de routine. Soit ! Il cognait à la fenêtre, que je baissais pour écouter ce qu'on me voulait, et découvrir que c'était un visage plutôt familier qui se pointait devant moi. « s'il vous plait ? Vos papiers et enregistrements ». Je rêve ou quoi ? C'était tout ? Visiblement, elle ne semblait pas me remettre, même si sur son visage je pouvais clairement lire une interrogation, à la limite du fantôme. Et déjà, je n'aimais pas la tournure que cela pouvait prendre. Je n'avais pas du tout idée de ce que je pouvais dire ou non, et j'espérais vraiment que ça se limiterait à ça. "Bien sûr, laissez-moi un instant je vous prie" répondais-je, avec un petit sourire confiant. Montrer qu'on est en confiance, et que nous ne craignons rien, c'était important. Mais dès lors, je savais que je la connaissais. Je savais qu'elle me connaissait. Et je savais surtout pertinemment que la discussion ne commençait pas bien. Pour autant, je n'osais pas faire le premier pas dans la discussion. Pouvait-on seulement me le reprocher, après tout ? Qu'aurais-je pu lui dire après tout ce temps, et surtout avec tout ce que j'avais oublié ? Non, définitivement, je préférais me taire. "Tenez" rajoutais-je ensuite, lui tendant papiers d'identité et ceux de la voiture. Poser une question ? J'en avais dix mille en tête. Mais je préférais écourter et rentrer le plus vite possible. " Il ne fait pas chaud n'est ce pas ? " Nul. Mais meilleur que la question que j'avais à lui poser.

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 14:16

...
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 16:04



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan





Si c'était bien tout ce que j'avais à dire ? Oh non, loin de là. Mais je n'avais pas envie d'entrer dans le genre de situation où je ne pourrais pas avoir de contrôle sur quoi que ce soit. Il me manquait bien trop d'informations et d'éléments pour pouvoir prétendre discuter sans qu'elle ne le prenne mal. Ou que cela se retourne contre moi. Pourtant, malgré tout, j'étais déjà dans cette situation désagréable. Je ne saurais pas dire comment exactement, mais ça se voyait sur son visage qu'elle était en premier lieu tout sauf contente de me voir ici. Surprise ? Colère ? Les deux peut être. Elle semblait en tout cas parcourue par une foule de sentiments inattendus et je savais que ça pouvait déraper à tout moment. Bordel, qu'est ce que j'avais bien pu faire. Est ce qu'elle avait un quelconque lien avec mon frère ? Ou peut être Lizzy ? En tout cas, elle restait muette, et prolongeait le mutisme en s'éloignant de ma voiture pour rejoindre la sienne. Je ne pouvais même plus m'en aller comme ça, elle avait mes papiers. Pas que j'y attache une affection particulière, mais je ne voulais pas me créer plus de problèmes que j'étais déjà en capacité d'avoir à cet instant précis.

C'était long, bien trop long. Qu'est ce qu'elle pouvait bien faire avec mes papiers ? Etait-elle en train de parler au poste ? A de la famille ? A mon frère ? Plus les minutes défilaient, et plus je me disais qu'il fallait que je sorte pour arrêter cette mascarade. Il ne fallait surtout pas qu'elle ébruite le fait que j'existais de nouveau. Et pourtant, je me disais que c'était exactement ce qu'elle était en train de faire, et que je ne pouvais pas faire grand chose pour l'en empêcher, à part la mettre dans mon coffre. Ce qui on en conviendra, deviendrait une source de problème supplémentaire dont je pouvais me passer pour le moment. Je tapotais mes doigts sur le volant, attendant qu'elle daigne revenir. Et puis, elle revenait. J'observais du coin de l'oeil sa démarche, jusqu'à ce qu'elle décide de contourner ma voiture pour ouvrir la porte et s'installer à mes cotés. WTF. Piégé ? Aucune idée. Je restais alors silencieux, car je savais que tout ce que je pourrais dire serait retenu contre moi, et c'était peu dire. Sauf qu'elle non plus, ne semblait pas encline à parler. Un regard échangé, au milieu d'un silence qui nous entourait. J'attendais quelque chose, tout comme elle semblait en faire de même. Et puis, elle déposait sa main contre moi. Je souriais un instant, jusqu'à ce qu'elle se décide à parler. Feindre ? Mentir ? Lui avouer ? Aucune idée. " Oh tu sais.. On se fait rapidement au froid ". Oui, c'était de nouveau stupide, et ce n'était pas ça qu'elle attendait. Alors, plutôt que de la provoquer pour rien, je répondais à nouveau. " Je vais bien. Je .. suis désolé pour cette absence." Bon sang, qu'est ce que je pouvais dire d'autre ? Je prenais sa main pour la garder dans la mienne et éviter de m'engouffrer dans quelque chose ... dans je ne sais quoi en fait. " Et toi alors ? Comment tu vas ? Dis moi. " C'était plus elle qui m'inquiétait au final. Et en renvoyant la balle, je m'autorisais à ne rien dire, et à en savoir peut être davantage. De toute manière, elle était là maintenant, autant que j'en profite.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 16:55

I never tought you could hurt me again


Voilà que le moment de tendreté qui s'était installé s'envola aussi rapidement et soudainement qu'il était venu. À dire vrai, c'était gentil de s'intéresser à elle, mais ça sonnait faux. Ce n'était clairement pas les explications qu'elle cherchait à savoir, il tentait de détourner la conversation et ça, Presley ne pouvait le prendre. Elle qui n'avait rien dit depuis si longtemps, qui n'avait jamais affronté le beau brun à la suite de son retour accompagné d'une autre méritait au moins un peu d'explication. « C'est tout Ryan ? » lança-t-elle sans même que sa voix craque. « Me faire planter là, je veux bien. Mais faire comme si de rien était après une absence aussi longue, vraiment ?» Presley était en colère. Elle lui en voulait de ne pas se confier à elle. Elle en qui, il avait toujours pu faire confiance. « Je m'en fou, ce n'est pas la policière qui parle, c'est juste moi. » Et au fond c'était ça. Elle ne cherchait pas à jouer les enquêteuses, elle voulait seulement savoir ce qui avait bien pu se passer. Même si après tout, il ne dirait ce qu'il était à l'aise de dire. Et puis, il préfèrerait peut-etre se confier seulement qu'à Caëcilia. Presley était blessée. Les blessures et les sentiments qu'elle croyait vraiment avoir enterré depuis des mois revenait à la surface mais, elle désirait plus que tout, savoir. Pendant des semaines, il avait tout bonnement arrêter de lui écrire. Elle s'était fait un sang d'encre sachant le métier qu'il exerçait. Mais au lieu de revenir avec des excuses, il était revenu au bras d'une autre. Presley avait trop de fierté pour l'affronter et avait préféré se taire et le détester en silence. Elle qui avait déjà des problèmes de confiance à la suite d'une rupture particulièrement affreuse, elle avait donné une chance à ce Ryan qui l'avait déçue. Depuis, elle n'avait jamais laissé un homme occuper ses pensées. Elle n'en pouvait plus de se faire piétiner le coeur et elle avait préféré se cacher sous une carapace de femme forte qui n'a besoin de personne. Sa main tenait celle de Ryan. Autant qu'elle voulait ne plus le toucher, elle ne bougeait pas. Elle ne voulait pas bouger. La tempête d'émotion semblait se calmer un peu. Comme si ce contact physique l'apaisait un peu. Il rendait le tout plus réel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 18:15



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan





« C'est tout Ryan ? » Encore une fois, était-ce réellement tout ? Assurément, non. Mais qu'est ce que je pouvais bien dire. C'était comme si on m'accusait à tort d'avoir fait quelque chose, et qu'en plus je devais me défendre. La grosse différence, c'était que j'étais peut être grandement responsable de quelques chose, et que pour autant je n'en avais pas la moindre idée. C'était peut être aussi pour cela qu'elle prenait mal les choses, alors que j'essayais d'être le plus sincère, ou en tout cas le plus évasif pour ne pas dire de bêtises. Mais ça ne m'aidait visiblement pas, m'emmenant même dans la situation contraire de celle qui était attendue. « Me faire planter là, je veux bien. Mais faire comme si de rien était après une absence aussi longue, vraiment ?» Que voulais-tu que je te dise, Presley ? Si tu savais par quoi j'étais passé, tu ne me jugerais pas aussi durement. Mais comme de mon coté je savais que tu n'en avais aucune idée, et surtout je ne savais pas vraiment ce que je t'avais fait réellement, je ne pouvais décemment pas t'en vouloir d'agir de cette manière, bien au contraire. Tu m'aidais à y voir un peu plus clair, en quelque sorte.

« Je m'en fou, ce n'est pas la policière qui parle, c'est juste moi. » Et là, elle attendait vraiment une réponse. Je ne pouvais pas me taire plus que ça. Pour autant, je ne pouvais pas lui avouer la vérité non plus sur mes activités, ni d'où je revenais. Alors, je devais en dire un peu, mais pas trop. " Je sais bien que c'est toi qui parle, et non pas la super policière que tu es ". Un point pour le compliment, même si il n'était pas vraiment dans de bonnes circonstances. Et peut être qu'au lieu de lui décrocher un sourire, j'allais l'énerver davantage. " C'est juste que, tu sais.. Je ne peux pas parler de mes opérations extérieures. L'armée, tout ça, c'est plutôt confidentielle. Après, ça reste toi, mais je n'en parlais pas à ma famille, c'était une règle que je m'étais fixée. Tu comprends ? " finissais-je alors, en esquissant un sourire pour essayer de détendre l'atmosphère. Je n'avais pas la moindre idée de ce que j’avais pu lui faire subir, mais je pouvais voir dans ses yeux que je n'avais rien d'innocent, bien au contraire. Je ne pouvais pas lui dire la vérité, lui dire que je ne me souvenais pas. Parce que suivant les personnes, ça pouvait avoir l'effet d'une bombe, et j'espérais vraiment un jour recoller les morceaux de mémoire que j'avais éparpillé un peu partout. Alors, je faisais avec ce que j'avais. De l'improvisation, quelques sourires, et deux trois mots. On joue avec les cartes qu'on a.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Lun 13 Fév - 21:34

I never tought you could hurt me again


"Je sais bien que c'est toi qui parle, et non pas la super policière que tu es. " Elle ne pu s’empêcher d'esquisser un petit sourire en baissant les yeux pour éviter le regard de Ryan. Autant que c'était le genre de remarque qui pouvait l'énervée, cette fois-ci, ça ne fit que l'attendrir. Elle fixait leurs mains en l'écoutant parler. Presley comprenait son obligation et son désir de garder le silence. Elle voulait en savoir plus, mais elle comprenait. Le plus important c'est qu'il était bien vivant -autant qu'elle avait pu souhaiter sa mort quelques mois auparavant- et qu'il était en sécurité. Ils étaient réellement tous les deux dans cette voiture, ce jour-là. Toute sorte de choses défilaient dans sa tête. Elle aurait voulu lui dire qu'il lui avait manqué autant qu'elle voulait lui faire sentir qu'elle ne lui avait jamais pardonné de l'avoir planté là sans fournir d'explication. Ça balançait entre le coeur et la tête. Le coeur voulait à tout prix le prendre dans ses bras, le serré fort et sentir sa chaleur contre la sienne une fois de plus, peut-être une dernière fois. Peut-être la dernière fois qu'elle aurait dû avoir. Elle se contenta de passer sa main libre dans les cheveux de l'homme avec qui elle partageait ce moment. « Qui...qui est au courant pour le moment ? » Presley voulait faire durer cette rencontre. Cela faisait des lustres maintenant qu'elle n'avait pas échangé un moment avec Ryan, un moment positif où elle ne le maudissait pas. Peut-être que le fait de le savoir vivant l'attendrissait mais bientôt la poussière retomberait et s'il ne s'excuserait pas pour ce qu'il lui avait fait subir elle lui ferait savoir bien assez tôt. Elle le regardait a présent bien dans les yeux. Bien qu'il semblait mystérieux, elle avait l'impression que le simple fait qu'il ne la repoussait pas voulait dire quelque chose. Elle avait l'ultime conviction que quelque chose avait changé en lui. Il restait l'homme secret qu'elle avait connu. Parce qu'il faut le dire, Ryan avait toujours été peu bavard et c'était bien correct ainsi. Et c'est là que Presley décida qu'il était temps de mettre carte sur table. Elle qui avait tellement caché ses émotions par habitude de ne pas vouloir se laisser atteindre voulait savoir. Devait savoir. Pour enfin tourner la page d'un livre qu'elle croyait fermé depuis bien longtemps mais qui avait été ré-ouvert quand elle aperçut la voiture de Ryan un peu plus tôt ce jour là. « Ryan, j'ai besoin de savoir quand même une chose...»
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mar 14 Fév - 1:56



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan






« Qui...qui est au courant pour le moment ? » Ca, c'était une excellente question pour moi. Il n'y avait aucune difficulté pour y répondre ou presque, et je crois que je ne m'aventurais pas dans  une mauvaise situation. Enfin.. c'est ce que je croyais. Après tout, je n'étais à l'abri de rien du tout, car il ne fallait pas que j'oublie que justement, j'avais oublié pas mal de choses. Trop de choses. Son regard insistant en disait long, comme le fait qu'elle n'allait pas me lâcher sans avoir une réponse ou deux. En fin de compte, je n'étais pas le seul à chercher des réponses et à avoir eu tant de questions. " Eh bien.. des gens que tu connais, il n'y a qu'Eileen pour le moment. Et maintenant toi. Et j'aimerais que tu me rendes un service à ce propos. " Je lui souriais alors, montrant que j'étais sincère et sérieux dans ma démarche. " J'aimerais que tu gardes  ça pour toi pour le moment. Je sais que ce n'est pas facile, tout ça. Me voir revenir, savoir que toi tu sais, mais pas les autres, mais.. tu me rendrais un grand service à garder ça pour toi. C'est à moi de leur dire, après tout. " Je savais qu'elle comprendrait. En tout cas, j'espérais que ça soit réellement le cas. Je ne me faisais pas trop de soucis pour cela pour le moment.

Mais je voyais bien que cela ne lui suffisait pas du tout. Que je lui avais donné une réponse, mais que ce n'était pas vraiment la question prioritaire du moment. « Ryan, j'ai besoin de savoir quand même une chose...» Ca, dit comme ça.. Je me pinçais les lèvres, l'espace d'un instant, avant de lui demander. " Oui  ? Ce que tu veux Presley " Et maintenant, j'attendais cette fameuse question.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mar 14 Fév - 17:56

I never tought you could hurt me again


Certes Presley comprenait. S'il y avait bien une chose qu'elle pouvait bien faire, c'était de garder un secret. Elle était toujours celle à qui on confiait tout. Elle écoutait, ne jugeait pas et biensûr, restait muette comme une tombe. « Ne t'en fais pas, Ryan, comme tu dis...c'est à toi de leur dire. Et puis de toute façon...on me prendrait probablement pour une folle. » Elle lui fit un petit sourire moqueur. Elle non plus, n'y croyait pas tellement. La seule chose qui rendait ce moment réaliste c'était le contact entre les deux. Leurs mains qui se touchaient. Cette chaleur qu'elle pouvait ressentir. Ça, ça ne se rêve pas. Il répondait à sa question sans vraiment donner l'information que Presley cherchait. Elle voulait savoir. La jalousie pointait sans doute son nez. Elle retira sa tuque devenue trempée de neige fondue et replaça un peu ses cheveux d'un coup de main. « Et puis....Caëcilia...? » Elle savait qu'elle était de retour en ville et à ce moment précis, elle souhaitait qu'elle ne soit jamais revenue. Cette fille dont personne ne voulait voir avec lui. Cette fille qui était bien trop différente des autres. Presley voulait savoir même si ça risquait de retourner le couteau dans une plaie qu'elle croyait bien guérie. « Pourquoi me l'avoir caché. Pourquoi ne pas me l'avoir dit ? Que t'aies-je dont fais pour que tu ne me considères que si peu ? Je croyais vraiment qu'on vivait quelque chose, je t'ai fait confiance... » Dit-elle la voix un peu tremblotante, les yeux qui se remplissaient d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mar 14 Fév - 20:30



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan





« Ne t'en fais pas, Ryan, comme tu dis...c'est à toi de leur dire. Et puis de toute façon...on me prendrait probablement pour une folle. » " Non tu n'es pas folle, et merci. J'apprécie réellement  ce que tu fais pour moi, et pour ma famille. " Elle semblait comprendre et c'était vraiment mieux comme ça. Elle me facilitait plutôt la tâche et je n'allais pas m'en plaindre. Mais ça, c'était sans compter sa fameuse question qu'elle voulait me poser. « Et puis....Caëcilia...? Pourquoi me l'avoir caché. Pourquoi ne pas me l'avoir dit ? Que t'aies-je dont fais pour que tu ne me considères que si peu ? Je croyais vraiment qu'on vivait quelque chose, je t'ai fait confiance... » Ah.. Caecilia. Depuis que j'étais revenu ici, tout tournait autour d'elle, et j'avais compris rapidement qu'elle avait une place centrale dans ma vie. Mais je ne pensais pas qu'elle avait rayonné autant chez les autres, en bien comme en mal. Je me pinçais un peu les lèvres pour éviter d'avoir cet air gêné que j'avais à chaque fois que je devais répondre à ce genre de questions. " Tu ne m'as rien fait du tout tu sais.. Ce n'est pas de ta faute. Avec mon travail, je suis confronté à des choix, des obligations.. "  disais-je, en marquant alors un silence. J'essayais de fouiller au fond de ma tête mais pas grand chose d'intéressant me revenait à cet instant ".. et je n'ai pas voulu t'imposer ce train de vie. " Je n'avais rien d'autre à dire, et je sais déjà à quoi je m'exposais en racontant ce genre de choses. " Ne crois pas que je n'ai aucune considération pour toi, loin de là. Et je suis désolé si je t'ai blessé et brisé la confiance que tu m'avais accordé. Après tout, je comprends tout à fait ce que tu penses. " C'était vrai que l'espace d'un instant, je pouvais comprendre ce qu'elle pouvait ressentir. J'avais néanmoins beaucoup plus de mal pour comprendre comment j'avais pu en arriver là avec elle, et la blesser autant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mar 14 Fév - 20:51

I never tought you could hurt me again


Presley éclata de rage. Vraiment ? Ils parlaient de ses obligations qui l'avaient amené à tomber pour une autre ? Définitivement, Ryan agissait en connard de première. « Tes obligations ? De te taper une petite française pendant que je t'attendais ici, morte d'inquiétude ? Je peux facilement comprendre ton départ, mais à ce que je sache... Tu es revenu peu de temps après et je ne t'ai jamais fait sentir coupable de faire le métier que tu fais. Je peux bien comprendre, je travaille aussi au service du peuple. » Pas comme ta vulgaire danseuse, pensait-elle. Ryan semblait parler comme s'il n'avait pas vécu les mêmes choses qu'elle part rapport à toute cette histoire. Presley qui voulait se montrer compréhensive ne pouvait se contenir. Elle était tout simplement trop fâchée. « Ce n'est pas suffisant, Ryan, de mettre ça sur le dos de ton travail et tu le sais très bien. » Elle se sentit idiote d'avoir laissé filer les choses aussi facilement. Elle aurait voulu lui avoir foutu une gifle il y a bien longtemps, lui avoir crié par-dessus la tête toute la tempête de mot qui défilait dans sa tête. Mais Presley, elle voulait se montrer bien trop fière. Elle ravala sa salive et essuya les quelques larmes qui coulaient sur sa joue avant de foudroyer du regard le beau brun qui ne lui disait toujours pas ce qu'elle voulait entendre, comme s'il cachait quelque chose de plus gros encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mar 14 Fév - 22:16



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan





Décidément, je pouvais réaliser à cet instant que j'avais un don pour faire réagir les femmes, en bien ou en mal. Enfin, depuis que j'étais rentré, le résultat était vraiment plus que mitigé et avec Presley, c'était déjà la deuxième femme que je mettais grandement en colère contre moi. « Tes obligations ? De te taper une petite française pendant que je t'attendais ici, morte d'inquiétude ? Je peux facilement comprendre ton départ, mais à ce que je sache... Tu es revenu peu de temps après et je ne t'ai jamais fait sentir coupable de faire le métier que tu fais. Je peux bien comprendre, je travaille aussi au service du peuple. » " Non Presley, je sais qu'elle n'est pas d'ici, mais quand même. " Petite française. Je n'aimais pas du tout ce terme, mais c'était certainement à la hauteur de la colère de la blondinette. Et encore, je pense qu'elle a du se retenir de dire réellement ce qu'elle pensais à cet instant. Alors, ce n'était sûrement pas moi qui allait rajouter de l'huile sur un feu qui était certes récent, mais très intense.

« Ce n'est pas suffisant, Ryan, de mettre ça sur le dos de ton travail et tu le sais très bien. » Et elle avait bien raison, c'était loin d'être suffisant. Pour autant.. qu'est ce que je pouvais bien lui dire de plus ? La vérité ? La vérité, je ne la connaissais pas complétement. Il y a donnée fondamentale que j'avais négligé, c'était qu'en ne disant pas que j'avais perdu la mémoire, je pensais protéger mes proches d'une blessure, et j'en provoquais irrémédiablement une autre car ils pensaient systématiquement que je leur cachais quelque chose. "Ecoute.." Je me risquais à passer mon pouce près de ses yeux, pour les sécher comme je pouvais. " Je t'assure que je comprends. Et tu ne mérites pas ça. Tu es .. Tu es quelqu'un de formidable Presley, et je suis vraiment désolé de te voir ainsi. Je me sens vraiment mal pour toi parce que je sais que lorsque tu souris, tu es vraiment beaucoup plus jolie. Et c'est surtout moins crève-cœur. " Et puis, je me décalais. Je ne voulais pas me retrouver trop proche non plus car je ne savais pas comment je l'avais quitté, et encore moins comment ça s'était terminé entre elle et moi, si ça c'était réellement terminé proprement. En tout cas, elle connaissait Caecilia, et elles ne semblaient pas en bon terme. Ce n'était pas un détail à prendre à la légère pour l'avenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mer 15 Fév - 18:03

I never tought you could hurt me again


" Non Presley, je sais qu'elle n'est pas d'ici, mais quand même. " Comme si c'était ça le problème ! Franchement, contrairement à bien des gens qui n'étaient pas très contents que Ryan était revenu avec une européenne, Presley ne lui en voulait pas pour l'origine de sa copine. C'était le sentiment de trahison qui l'enrageait. Ryan passa son pouce sur son visage puis se recula. " Je t'assure que je comprends. Et tu ne mérites pas ça. Tu es .. Tu es quelqu'un de formidable Presley, et je suis vraiment désolé de te voir ainsi. Je me sens vraiment mal pour toi parce que je sais que lorsque tu souris, tu es vraiment beaucoup plus jolie. Et c'est surtout moins crève-cœur. " Ces mots qui se voulaient être réconfortants avaient un effet contraire sur la jolie blonde qui n'était pas du genre à se laisser embobiner par des compliments pour oublier ce qu'il lui avait fait. « Si tu savais à quel point je voudrais te détester... » Souffla-t-elle si simplement. Elle lui en voulait, elle était fâchée mais, jamais elle n'était capable de le détester pour autant et elle s'en voulait à elle-même pour ça. Elle aurait aimé être une de celles qui oublient facilement pour passer au numéro suivant. Mais elle n'était pas ce genre de fille, Presley. C'était la rancunière qui gérait sa vie comme un dossier de police. Qui devait avoir une explication à tout avant de pouvoir fermer le chapitre et passer à un autre. Presley reprit un peu ses esprits. Cette conversation n'irait nulle part puisque Ryan semblait entêter à ne pas lui expliquer ce qui s'était passé dans sa tête au moment de ces évènements qui l'avaient tant blessé. Et puis, peut-être avait-il simplement la tête ailleurs. Il était disparu depuis plusieurs mois, tout le monde le croyait mort et le voilà revenu en ville depuis quelques heures seulement...Presley ne pouvait vraiment lui en vouloir de ne pas être très bavard. Malgré sa colère, elle se comptait chanceuse de le voir, elle qui croyait que ce ne serait plus jamais possible. Elle se rapprocha un peu de Ryan, le plus qu'elle pouvait dans une voiture, pour accoter sa tête sur son épaule. En silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Mer 15 Fév - 22:45



"Les hommes ont la mémoire de l'esprit ; les femmes ont la mémoire du cœur."
Presley & Ryan





Je me rendais compte que peu importe ce que je pouvais dire, ça n'allait pas faire l'affaire aujourd'hui. Je l'avais vécu une première fois, et cette seconde fois me le prouvait une fois de plus, si j'avais encore des doutes de ce côté là. Les gens cherchaient des réponses que j'étais censé leur apporter, mais auxquelles j'étais incapable de donner, tout simplement. Alors, que pouvais-je bien faire de plus ? Ça devait se sentir dans mes conversations que c'était faux, puisque je me sentais obligé de broder et ça manquait de ... spontanéité ? Possible. En tout cas, c'était loin d'être satisfaisant pour Presley, qui en rajoutait une couche. « Si tu savais à quel point je voudrais te détester... » Oh.. Ne t'en fais pas, j'ai une vague idée, même si je me doute tout de même que je suis loin de la réalité et loin d'imaginer tout ce que tu pouvais ressentir à cet instant précis. Mais je pouvais en voir une partie dans tes yeux. La vérité, c'était que je ne savais pas comment me sortir de cette situation, qu'il est vrai, j'avais moi même créé. Et maintenant que je me retrouvais là, je me devais simplement d'assumer. D'aussi loin que je puisse me souvenir, Presley n'était pas le genre de femme expansive, à s'étendre sur ses problèmes personnels. Donc, si elle le faisait aujourd'hui, j'imagine qu'elle en avait vraiment gros au fond d'elle, et que j'étais allé trop loin. C'était la seule chose que je pouvais savoir. Je me refusais de lui demander ce que nous avions pu vivre exactement. Je n'arrivais pas encore à dire aux gens que je ne me souvenais pas. Ironiquement, je faisais tout ça pour les protéger, et ça semblait les blesser d'autant plus. En fin de compte, c'est moi qui prenais, mais j'étais prêt à ça. De toute manière, avais-je réellement le choix ? " Dis moi à quel point tu me détestes alors. " Voilà. Peut être qu'en parlant un peu, j'en saurais un peu plus. Je n'étais pas l'homme de la situation pour ça. Je faisais juste avec ce que j'avais, et force était de constater que je n'avais pas grand chose. Et puis, elle vint se poser contre mon épaule, et je ne bougeais plus. Peut être que je pouvais simplement profiter du silence. Moment où personne ne criait sur personne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   Jeu 16 Fév - 16:42

I never tought you could hurt me again


Pour toutes sortes de raisons. Entre-autre parce que le revoir, de savoir qu'il était vivant allait faire en sorte qu'ils se recroiseraient encore et encore dans cette petite ville. Parce que de le revoir, ça lui rappelait une blessure qu'elle aurait préféré voir fermée. Au fond, la petite Presley qui ne voulait plus s'engager en amour et qui se refusait de tomber amoureuse avait développé malgré elle des sentiments pour cet homme mais, que ce n'était clairement pas réciproque. Cette relation c'était interrompu trop subitement pour que le coeur de Presley ait le temps de s'y faire.  " Dis moi à quel point tu me détestes alors. " Elle ne voulait pas se remettre dans tous ses états. Elle pleurait rarement devant les gens, elle n'était pas du genre à montrer ses faiblesses. Aujourd'hui elle avait flanchée. La belle décida donc de rester silencieuse et de profiter du silence pour s'apaiser l'esprit. De longues minutes s'étaient écoulées depuis qu'elle était sortie de sa voiture de patrouille pour se loger dans celle de Ryan. Elle savait bien que tôt ou tard, elle devrait le laisser partir pour reprendre son travail. Elle aurait pourtant souhaiter que ce moment dur encore quelques instants. Son épaule était confortable, sa présence elle-même était apaisante. Presley fourra son petit nez plus profond dans le manteau de Ryan, se refusant de partir. « Demande moi de rester. » murmura-t-elle doucement, les yeux fermés. Comme elle aurait aimé qu'il l'a prenne dans ses bras à ce moment-là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I never tought you could hurt me again / Ryan Bass   

Revenir en haut Aller en bas
 
I never tought you could hurt me again / Ryan Bass
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» It doesn't hurt me - Maaron
» Hurt
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
» Hurt me tender, hurt me true ▲ Azores Lullaillaco
» 05. I'm fu***ng perfect, it just don't look like that

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUMP THEN FALL. :: (lights come on) :: - smoke break - :: - south of montana --
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.