AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Dim 5 Fév - 23:09



  Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan



 

 
J'avais fait un grand et long chemin pour arriver jusqu'ici. Cela n'avait pas été de tout repos mais c'était là que mon chemin s'arrêtait. C'était là, ici, que j'avais eu les dernières informations de ma présence officielle. Et c'était donc là que tout devait commencer, dans cette maison, ici et maintenant.

Je ne saurais pas vous dire comment j'ai fait pour en arriver là. Me retrouver devant cette maison qui ne me parle absolument pas. Je ne pourrais pas dire que ces lieux ne me disent rien, parce que je connais l'endroit. Mais cette maison non. Pourtant, mon nom se trouve dessus. Mon nom mais pas seulement le mien. J'ai observé les lieux un moment en restant discret, quelqu'un pourrait facilement me reconnaitre après tout. Mais cela me semble tellement .. lointain, et tellement proche en même temps. En tout cas, quoi que je puisse en dire, ça ressemble fortement à un lieu que j'aurais pu choisir, sans hésiter. Oui mais alors, et la suite alors ?

La suite, c'est cette femme qui était entrée quelques heures auparavant. Blonde comme les blés, et magnifique incontestablement, bien que légèrement.. triste ? A vrai dire, je n'en savais trop rien. Elle avait pris son temps pour rentrer mais ne s'était pas arrêtée pour autant, alors difficile de dire ce que j'ai pu réellement voir, tant cela semblait nouveau pour moi et tant il y avait à regarder. Elle était devenue en un instant le centre de mon attention. Totalement. Peut être parce qu'indéniablement, elle était une pièce centrale d'un puzzle qui me semblait immense et hors de portée pour le moment. Le point positif, c'est qu'à ce moment précis, elle était seule et donc que ce n'était pas une nouvelle locataire, sauf si quelqu'un décidait de se pointer plus tard. Ce qui serait une très mauvaise idée. L'autre bonne nouvelle, c'est que je pouvais me présenter sans trop de difficultés, et sans créer un bordel qui deviendrait rapidement bien trop difficile à gérer pour une nouvelle entrée dans cette vie. Je devais éviter au maximum, au début, les rencontres de groupe. Deux problèmes se posaient alors à moi. Me présenter et me risquer à sa réaction, bonne comme mauvaise. Peut être que ce serait trop violent pour une nouvelle approche. Rentrer et lui faire peur en lui faisant la surprise, mais indiscutablement, ça me montrerait en toute franchise ce que je représente pour elle, si tant est que je puisse représenter quoi que ce soit à ses yeux. Et enfin, me mettre aux devants de grands dangers si cette femme est une menace pour moi, car je mettrais bien trop de temps pour m'en rendre compte. Et dans ces moments là, chaque seconde est importante.

Je crois que j'aurais beau réfléchir toute la nuit, je ne trouverais pas de bonne solution. Tout simplement parce qu'à cet instant précis, il n'en existe pas. Après coup, je pourrais me dire que j'ai bien fait ou que j'ai fait une grave erreur, mais là, cette maison et cette femme représentent pour moi un saut dans le vide le plus total. Un saut dans l'inconnu, presque les yeux bandés. En tout cas, un saut dans l'inconnu vers une inconnue. J'optais pour la solution la plus simple et la plus conventionelle : me présenter à la porte. En espérant qu'elle ne se mette pas à crier, à attirer l'attention, ou à me tuer. Je me tenais prêt à toute éventualité. Je ne savais pas si cette femme était un ange ou une démone, mais le diable se cache dans les détails. Et je ne pouvais plus me permettre d'erreurs.

Toc toc. Je frappais à la porte. Et maintenant j'attendais. A cet instant, ma respiration n'était pas totalement naturelle. J'allais peut être enfin avoir des réponses à des questions que je me posais depuis des mois maintenant. Et ce n'était pas anodin pour moi.

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mer 8 Fév - 19:13



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 

 
Sept mois. Sept foutu mois. C'est le temps exact qu'il s'est écoulé entre aujourd'hui et le jour où, Hunter, de sa personne était venu toquer à sa porte afin de lui annoncer la nouvelle, aussi terrible et désastreuse fut-elle. La famille Bass perdait en l'espace de quelques mois seulement, un second enfant, et Caëcilia elle, perdait le seule et unique homme qu'elle n'eu jamais autant aimé et chérie de toute son âme.

C'était au mois de juin, quelques semaines seulement après son anniversaire; il faisait beau, extrêmement chaud aussi, l'astre solaire était généreux en cette période où d'ordinaire, félicité et joie sont de rigueur. Il n'en fut rien. Le corps de Ryan n'a jamais été retrouvé; carbonisé suite à l'explosion de l'avion, leur avait-on dit. C'est donc un cercueil vide, qu'ils enterrèrent ce jour-là. Ce fut la journée la plus longue, et la plus pénible de toute son existence. Quelques jours à peine seulement, Caëcilia parti de Montana, comme ça, du jour au lendemain, ne laissant qu'une lettre à l'attention d'Hunter. Forcément, la nouvelle ne fut guère longue à faire la tour de la ville, et bien rapidement, les commères de Montana se furent un plaisir de colporter de nombreuses versions; elle ne l'aimait pas assez, elle a quelque chose à se reprocher, si ça se trouve elle n'est pas anodine quant à la mort de Ryan, elle a un amant, etc..
Ce n'est qu'au début de l'année 2017, que Caëcilia Clarke fut de nouveau aperçu dans les rues de Montana.

Peu importe le froid et la neige environnant la ville depuis quelques jours, cela n'a pas empêché blondie d'aller courir, comme tous les matins, pendant une petite heure, voir plus. En plus d'entretenir son cardio, cela lui permet de prendre l'air, de se changer les idées, et de penser à tout autre chose.
Lorsqu'elle rentrée, elle a prit la direction de la salle de bain; douche oblige après son heure de running.
La journée s'annonce longue. Peut-être, pénible aussi. Depuis qu'elle est rentrée, Caëcilia ne s'est pas encore occupée des affaires de Ryan qu'elle se doit de trier, de mettre en carton et de ranger et/ou jeter. C'est quelque chose qu'elle s'est refusé de faire jusque là, dans la crainte de ne plus pouvoir se remémorer; oublier les souvenirs, les moments passés, est une chose qu'elle se refuse catégoriquement. Après tout, c'est bien là, la seule chose qu'il lui reste.

Seven months and it's still harder now
Seven months I've been living here without you now
Seven months, yeah, three months..

C'est la gorge nouée, le coeur serré, qu'elle s'assied contre le rebord du lit. Face à elle, l'immense armoire qu'elle a ouverte quelques secondes plus tôt avec aux pieds de cette dernières, de nombreux cartons, pour le moment encore vide. Inconsciemment, pendant que les billes azurées observent les différentes piles de vêtements, Caëcilia s'est mise à faire tourner la bague qui trône à son annulaire gauche. Bague de fiançailles.

Seven months and I'm still breathing
Seven months and I still remember it
Seven months and I wake up..

Elle secoue la tête, comme pour se tirer de ses rêveries, et l'instant d'après, Caëcilia est de nouveau debout. Il est temps. Temps de se mettre au travail, et d'effectuer cette lourde tâche. D'un côté, les affaires qu'elle montera au grenier, de l'autre, celles qu'elle ira remettre à Hunter comme par exemple cette boite en carton, contenant de vieux souvenirs de gosses, dont des petits soldats de plombs. C'est con, mais ça la fait doucement sourire sur le coup. Elle se souvient, de cette relation ô combien conflictuelle entre Ryan et Hunter, mais aussi de cet amour fraternel qu'ils portaient l'un envers l'autre, mais trop fiers et trop campés sur leurs positions pour s'avouer quoique ce soit. Une chose est sûre, cela va faire un vide immense dans l'armoire, lorsque toutes les affaires de Ryan y seront délogées.

Pep's, jusqu'à présent couché dans le couloir et calme, s'est relevé, et s'est mit à aboyer, deux secondes à peine, avant que l'on ne toque à la porte. De son côté, Caëcilia a relevé un sourcil. Elle n'attend personne, et sait pertinemment que les visites se font rares depuis son retour. D'un mouvement de talons, sa silhouette pivote, et emprunte la sortie de la chambre. C'est donc, avec un carton en main, que blondie se dirige vers l'entrée. "Shhht, Pep's, calme toi." Souffle t-elle, à l'attention du Bouvier Bernois qui la suit. Une main sur la clenche, qu'elle fait pirouetter, et la porte qui s'ouvre. "..." PAF ! Le carton vient de lui échapper des mains, et tandis que Caëcilia semble percevoir un fantôme, c'est le chien, qui saute sur Ryan, et pose ses deux pattes avant sur sa poitrine.




 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Jeu 9 Fév - 1:18



 Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan




 

Ca y est, c'était fait. Je me tenais devant la porte d'entrée de la maison. Ma main s'était cognée contre la porte quatre à cinq fois, je ne savais plus très bien. Et le chien ne s'était pas fait prier pour se faire entendre, ayant aboyé bien avant que je ne m'annonce à l'entrée. Et finalement, je me disais que c'était une bonne chose de ne pas être entré par la fenêtre. Un chien peut faire énormément de dégâts, encore plus lorsqu'on ne sait pas qu'il y en a un qui nous attend. Le froid ambiant saisissait mes joues par moment, et à chaque respiration durant l'attente qui me semblait interminable, de la fumée sortait de partout tellement le contraste de température était important. J'attendais là et je me mettais à faire semblant de réfléchir, pensant à toutes les éventualités et aux multiples façons que je pourrais avoir d'y répondre. Pour autant, tout allait si vite dans mon esprit que ça en devenait plus contre productif qu'autre chose, en fin de compte. Avant de frapper à la porte, je m'étais entrainé à sourire. A parler brièvement, et c'est sûrement la raison pour laquelle le chien m'avait entendu. Je bougeais légèrement, tapant des mains avant que la porte ne s'ouvre, pour essayer de me maintenir au chaud parce que je me trouvais dehors depuis bien trop longtemps. J'avais mis un long moment avant de me décider, sachant pertinemment pourtant que c'est ce que je devais faire. Ou en tout cas, en restant persuadé que c'était ce que je voulais faire. Mon long manteau et mes gants avaient été de précieux alliés lors de cette attente.

"Shhht, Pep's, calme toi." Elle se trouvait là, derrière cette porte. A mes yeux, elle représentait ni plus ni moins que la première personne qui me verra, et certainement celle qui pourrait potentiellement détenir le plus de réponses à mes trop nombreuses questions. Ces questions qui tournent, et tournent sans cesse, en boucle dans ma tête. Ces questions qui tournent et tournent tout simplement parce que je n'avais aucune réponse à leur fournir. Le manque de réponse créait un énorme vide qu'il m'était impossible de combler, en tout cas pas tout seul. Et enfin, après tout ce que j'ai pu traverser pour me retrouver ici, j'allais peut être obtenir les premières pièces d'un immense puzzle. J'espérais, au plus profond de moi, qu'elle me connaisse et qu'elle soit capable de m'éclairer un tant soit peu sur ce qu'elle sait de moi, et surtout ce qu'elle pouvait faire ici. Il y avait une raison. Une raison à mon départ. Et il y avait surtout une raison à sa présence. Je ne me serais pas permis d'entrainer des personnes avec moi, dans ma vie, avec mon métier.

La porte s'ouvrait, et le temps semblait comme figé. J'avais cette sensation de pouvoir voir, image par image, la scène de la porte qui s'ouvre. Et puis, plus rien. Le bruit extérieur s'était arrêté. Le bruit du vent et du monde. Le silence avait fini par remplacer tout le reste. La jeune femme qui se trouvait devant moi semblait surprise, et je reste très modéré sur mes propos quand j'utilise le terme de surprise. Plus un son ne sortait et elle semblait en perte de ses moyens, si bien que le carton qu'elle transportait finissait sa course en chutant sur le sol. Et moi dans tout ça, je n'avais même pas le temps de m'adresser à elle que l'imposant chien qu'elle possédait venait de me sauter dessus. Aussi surpris qu'elle pouvait l'être, je n'avais pas vraiment eu ni le temps ni le souhait de réagir, me retrouvant avec un chien qui n'était rien d'autre que bienveillant à mon égard. Dans la surprise, je me retrouvais alors à sourire, et à poser mes mains sur le chien.
"Hey.. salut toi. Ca fait longtemps hein le chien ?" disais-je alors que je le calinais, le gardant encore contre moi. Mon sourire était aussi présent que la personne en face de moi se trouvait surprise, et d'ailleurs le chien s'était accaparé le moment pour lui. On ne pouvait pas le lui reprocher, après je crois que ni elle ni moi ne savions vraiment ce qui était en train de nous arriver. Alors je me contentais de caresser le chien, reposant mon regard sur elle, et essayant de lui adresser un sourire franc et agréable, parce que même si je ne savais pas qui elle pouvait être, je me trouvais quand même heureux de me trouver en face d'elle, et de l'avoir trouvée.

" Bonsoir.. Je crois que je suis de retour. " Voilà tout ce qu'il m'était possible de dire à l'heure actuelle où je me trouvais devant elle. J'aurais juré qu'au moment où je me serais trouvé ici, les choses auraient été ensuite plus facile. Les choses auraient été plus simple. Plus naturelles. Et au final, je pouvais avoir maintenant la certitude que je m'étais trompé. Je me trouvais toujours dans cet inconnu, dans ce vide et ce flou, avec la seule mais non moins très importante différence : ils me connaissent. J'aurais presque pu lâcher un soupir de soulagement si je n'avais pas aussi froid, quoi que le froid n'était qu'une excuse. J'aurais pu le lâcher si je n'étais pas autant intimidé par la propriétaire des lieux. Elle était encore plus belle que je ne l'avais imaginé, alors que je ne l'avais vu que quelques secondes avant qu'elle ne rentre. Et je peux vous dire qu'à cet instant, j'avais tout mon temps pour la contempler. Le temps semblait comme figé, disais-je, et personne ne semblait vraiment bouger. Ni elle qui venait de lâcher son carton pour sombrer dans le silence, ni moi qui avais le chien dans les bras et qui ne savais pas vraiment quoi faire.


 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Lun 13 Fév - 17:49



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


"Hey.. salut toi. Ca fait longtemps hein le chien ?" La porte à présent grande ouverte, et ce silence lourd, pesant, flottant dans l'air comme l'oppression,  la douleur, se manifestant à nouveau dans sa poitrine, à chaque battement de coeur. Le genre de douleur qu'on ne peut ignorer, tellement elle est grande. Le genre de truc, qui fait que, tout se bloque, parfois. Un peu, comme sa silhouette. Autant le chien s'agite dans tous les sens, ravie de retrouver son maître, autant, Caëcilia demeure figée. C'est impossible. J'hallucine, je nage en plein délire. C'est de la folie, pure et dure. Simple méfaits de mon imagination. Songe t-elle. Elle clot alors les paupières, et secoue la tête, comme pour tenter de se réveiller. Mais en vain. Cela ne dure qu'un fragment de secondes, mais lorsqu'elle ouvre de nouveau les yeux, l'imposante silhouette de Ryan se tient toujours devant elle. Serait-ce donc bel et bien réel, Ryan est-il vraiment là, se tenant devant elle, l'ombre d'un sourire qu'elle ne connait que trop bien accrochant ses lippes.. ? Elle ne saurait dire tant l'incompréhension est palpable. " Bonsoir.. Je crois que je suis de retour. " C'est à peine si les mots lui parviennent aux oreilles. Comme si le temps s'était arrêté, Caëcilia est comme absente, emportée par une vague de sentiments qu'elle n'a plus l'impression de contrôler. C'est d'ailleurs là une étrange sensation, qu'elle n'avait jusque là connu qu'une seule fois; il y a sept mois. Inconsciemment, les larmes se sont mises à perler le long de ses joues rosies par le vent. "Ryan.." Seul écho de voix qui s'échappe d'entre ses lèvres, tandis que, timidement d'un premier abord, blondie s'avance d'un pas, puis d'un autre, manquant au passage de chuter. La faute au carton tombé quelques instants plus tôt, et aux nombreuses bricoles s'étant échappé de ce dernier. C'est à Ryan, qu'elle s'agrippe pour ne pas tomber. Une main sur son épaule, puis une seconde. La proximité est désormais quasi inexistante, et c'est une paire d'yeux rougi par les larmes qui se posent à nouveau sur lui. Ryan est vivant. Il est.. vivant. Vivant, et il se tient là, devant elle. C'est.. inespéré. "Comment est-ce..".. possible. "J'ai cru que.. Oh Ryan." L'accent, terriblement français. Cette fille n'est pas de Montana, et pourtant, elle est bien là, et semble connaître le bellâtre. Lui qui se demandait qui elle était, ce qu'elle pouvait bien représenter pour lui, risque de la découvrir d'ici peu, mais quoiqu'il en soit, elle n'a pas l'air d'une ennemie, bien au contraire. Peu à peu, l'étreinte se resserre, et les deux bras de Caëcilia encercle désormais les épaules du jeune homme, tandis que son visage vient se nicher au creux de sa nuque. "Tu m'as tellement manqué."



 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Lun 13 Fév - 19:17



Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan





Au moment où j'avais pu dire que j'étais enfin de retour, je me sentais comme libéré d'un poids, alors que néanmoins tant de questions étaient restées en suspens. Ca n'avait pratiquement rien changé pour le moment à ma situation, si ce n'est que je savais maintenant que quelqu'un m'avait attendu pendant tout ce temps, et que j'avais encore un chez moi. Bien sûr, j'avais aussi ma famille, mais en aucun cas cela pouvait être comparable. D'aucune manière que ce soit. "Ryan.." Caecilia, c'est ça ? Que pouvais-je bien te dire à ce moment là ? J'essayais de ne rien montré, mais j'avais l'impression d'être arrivé chez quelqu'un que je ne connaissais pas mais qui savait pourtant tout de moi. Et puis, vint les larmes. Les larmes ne trompent pas, parce qu'aussi bonne comédienne qu'elle puisse être, c'était bien trop soudain pour avoir été calculé. Alors, soit elle s'était pincée très fort, soit ça venait du fond du coeur. Et je préférais opter pour la deuxième option, qui était beaucoup plus rassurante même si elle laissait son lot d'incertitude. Je n'avais toujours aucune réponse, ni donnée ni à apporter. Elle finissait alors sa course sur moi, que je réceptionnais en l'entourant de mes bras. Comment est-ce possible, hein ? Oh, si tu savais par quoi j'étais passé. Mais ce n'était pas important pour le moment. Je savais que c'était un moment très important pour elle, bien plus que pour moi. Car elle était en train de retrouver quelqu'un qui lui avait manqué profondément, et moi je retrouvais quelqu'un que j'avais oublié. Elle ne paraissait pas moins importante pour moi.

"J'ai cru que.. Oh Ryan." "Shhhhhhhh" Soufflais-je alors contre elle, contre son visage, pour tenter de la calmer. Cette fille m'avait bien fait comprendre tout du long qu'elle ne venait pas d'ici. Ses paroles ne trompaient personne. Alors, après l'avoir laissée se placer convenablement, je la gardais contre moi en me déplaçant lentement, de manière à entrer et fermer la porte d'un coup de pied en arrière. Ce n'était vraiment pas la peine qu'elle prenne froid non plus pour rien, surtout en ce moment. Visage contre moi, je laissais mes doigts se perdre dans ses cheveux, collant mon nez contre elle pour la respirer, la sentir. Je savais très bien que c'était un bon moyen pour retrouver des sensations, des souvenirs, positifs comme négatifs. Et puis, ça n'allait pas me faire de mal de toute manière de pouvoir profiter de cet instant que nous étions en train de partager. "Toi aussi, vous aussi." Le vous était plus vrai que le toi, car j'englobais tout le monde. Et puis, ce n'était pas vraiment un mensonge. J'avais peut être juste besoin de temps. Quelque part, au plus profond de moi, j'espérais vraiment que tout me reviendrait, parce que j'étais bien trop déstabilisé de ne rien comprendre, de ne rien savoir, et de ne pas me souvenir. Pour autant, mon corps savait lui. Parce qu'en me trouvant contre elle, et en respirant son parfum, je savais que ce n'était pas la première fois que nous faisions cela. Je savais que ce n'était pas la première fois que nous étions en train d'avoir ce genre de moment. Cette position, de cette manière. Alors je me contentais de la câliner, de passer une main dans ses cheveux, l'autre contre son dos, et de ne rien dire. Pour la première fois, depuis bien longtemps, je me sentais enfin en sécurité. Plus qu'en Russie. Peut être que je me trompais, mais je me plaisais à croire que tout cela était vrai, et que j'allais enfin avancer. " Ca fait tellement longtemps que j'attendais ce moment. " Oh oui. Tu n'avais pas idée. Récupérer un semblant de vie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Lun 13 Fév - 20:53



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


Comme dans un rêve. Une scène digne des plus grandes romances Hollywoodienne. C'est vrai quoi, il est fort à parier, que s'ils avaient été tous deux acteurs, ils auraient fait un carton au box office avec cette histoire. Le silence à nouveau. Nettement moins pesant pour le coup; sans doute voulu. Les paupières à nouveau closes, entre deux reniflements, deux hoquets de larmes, Caëcilia se laisse entraîner vers l'intérieur de la maison et profite de cet instant, de cette étreinte, des gestes tendre, de son souffle chaud qui glisse le long de sa nuque, de ses doigts "jouant" avec quelques unes de ses mèches blondes, de toutes ces petites choses, aussi naturelles, insignifiantes peuvent-elles être et/ou paraître, qui au final, ont manquées durant ces mois. La porte qui claque derrière eux, et le chien qui reste dehors avec le carton et le reste."Ca fait tellement longtemps que j'attendais ce moment." Et elle alors, il ne peut pas s'imaginer le nombre de fois où elle s'est joué, et rejoué cette scène dans sa tête, certes de manières différentes, ici ou ailleurs, mais tellement semblables sur le fond. Et maintenant, il est là. Vraiment là. Elle a beau le toucher, le sentir prêt d'elle, c'est quelque chose pour laquelle Caëcilia a encore bien du mal à croire. C'est vrai, qui peut se vanter de voir revenir d'entre les morts son fiancé ? Personne à sa connaissance. Encore un instant, à profiter de tous ces gestes tendres, puis, d'un léger mouvement, la blondinette redresse son minois, juste un chouilla de ce qu'il faut, pour que ses lèvres viennent effleurer celles de Ryan; et de sentir son souffle chaud, se mêler au sien. Ils se connaissent par coeur, l'un et l'autre, et pourtant, elle hésite. Elle hésite, comme habité d'une timidité qui ne lui est pas naturelle en sa présence. Par chance, ça ne dure pas, et les lèvres finissent par se presser l'une contre l'autre afin d'échanger un léger baiser, emprunt de douceur. Et puis, se délaissant de cette étreinte, Caëcilia se recule d'un pas, les billes bleutées, bien que rougies, plongées dans celles également bleutées de Ryan. Quelque chose cloche. Elle le sent, l'a ressentie lors de ce baiser. "Comment est-ce que.. Je veux dire, tu es là, bien vivant, alors qu'on est venu nous annoncer ta mort un matin et.. Ryan, explique-moi." L'incompréhension à nouveau sur son visage, c'est désormais tous un tas de questions qui lui traversent l'esprit, tandis que du revers de son poignet droit, elle tente d'essuyer ses larmes. "Est-ce que tu as vu Hunter, Eileen, les autres ? Il faut les prévenir. Et ta mère. Tu as vu ta mère ? Il faudra y aller en douceur, ça va lui faire un choque. Oui, oui." Des questions, encore des questions. Nerveuse. Complètement. Cela s'entend, cela se voit aussi. Caëcilia s'est mise à faire les cent pas dans la maison, allant ici et là, jetant à peine quelques coups d'oeil à Ryan. Et pendant ce temps, son visage devient de plus en plus pâle.





 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 14 Fév - 0:30



Don't cry, because I'm back
Caecilia & Ryan





Comme un rêve, exactement. Le genre de rêve que l'on peut faire lorsqu'on ne sait pas où on se trouve, lorsqu'on ne sait pas avec qui on est, et lorsqu'on a aucune idée de ce qu'il peut se passer. Tout ce que je savais à cet instant, c'était seulement les informations que j'avais pu découvrir avant de frapper à cette porte. Maintenant, j'étais plongé dans l'inconnu le plus total. Même si dans ma vie j'avais toujours eu une grande part d'improvisation, je me débrouillais pour ne jamais y aller totalement à l'aveugle, par sécurité. Là, mes doutes venaient de se dissiper et pour autant, je voyais que ceux de Caecilia ne faisait qu'augmenter au fur et à mesure que les secondes pouvaient passer à ses cotés. Je ne savais pas ce qu'elle savait de moi. Connaissait-elle ma réelle identité, ou ce que je disais à mes proches ? Ca, c'était une réelle question que je pouvais me poser. Mais à y réfléchir un instant, je sentais qu'elle ne savait pas totalement. Je n'éprouvais pas le besoin de tout lui dire maintenant. J'avais eu une idée de la stratégie à adopter, et je m'y tenais jusqu'à ce que je sois obligé de changer de plan.

Un baiser. Elle me l'avait bien amené. Elle en avait eu besoin aussi. Un baiser de retrouvaille, mais tout en douceur. Comme si elle ne voulait pas y croire, ou plutôt comme si elle ne voulait pas se réveiller, et revivre ce qu'elle avait pu subir. C'en était touchant, vraiment. J'avais d'autant de peine pour elle que je n'arrivais pas à partager ce moment comme j'aurais du le faire. Mais, à ma décharge, ce n'est pas vraiment de ma faute, aujourd'hui. "Comment est-ce que.. Je veux dire, tu es là, bien vivant, alors qu'on est venu nous annoncer ta mort un matin et.. Ryan, explique-moi." Elle cherchait des réponses, et pour une fois je me disais que je n'étais plus seul dans cet état, même si je ne le souhaitais à personne. Je prenais conscience, peut être pour une des premières fois, que mon entourage avait réellement beaucoup souffert par ma faute. " Eh bien.. " "Est-ce que tu as vu Hunter, Eileen, les autres ? Il faut les prévenir. Et ta mère. Tu as vu ta mère ? Il faudra y aller en douceur, ça va lui faire un choque. Oui, oui." Je n'avais pas eu le temps de répondre à la première question qu'elle me mitraillait littéralement d'autres questions. Quelque part, ça m'arrangeait, même si je ne savais plus vraiment où donner de la tête. Au moins, je me disais que je n'avais peut être pas à tout lui expliquer, surtout que j'étais incapable de lui dire ce qui avait bien pu m'arriver, et comment j'en étais arrivé là. Je prenais un silence pour moi, mais je lui souriais, pour ne pas l'inquiéter. Je m'efforçais d'être le plus doux possible pour elle, parce qu'à travers ses questions je ressentais un mal être qu'elle avait gardé en elle bien trop longtemps. " Non je .. Je n'ai vu personne encore. Je voulais être ici en premier, je voulais que ça soit toi la première." Et ça, c'était vrai. Pour le meilleur ou pour le pire. Pour trouver quelqu'un sur qui me reposer, ou à tuer. Au choix. " Je voulais justement que ça se fasse en douceur, alors je voulais y aller petit à petit. Ne pas le crier sur tous les toits. Ne pas le dire à tout le monde. Être un peu discret. Tu sais, je me rends compte que ça n'a pas été facile pour vous, alors on va faire ça pas à pas. " Je le voyais, ça n'allait pas du tout. Elle perdait complétement pied. Peut être le contre coup du choc. Alors je jetais mon manteau par terre, et je me pressais vers elle, la prenant la taille. " Écoute, je suis là maintenant. Shhhhhh. Tout va bien se passer. Je suis désolé pour tout ça. Je suis désolé. " S'excuser pour faire oublier à l'autre qu'il puisse être responsable de quoi que ce soit. La calmer devenait ma priorité.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 14 Fév - 19:55



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


"Non je .. Je n'ai vu personne encore. Je voulais être ici en premier, je voulais que ça soit toi la première. Je voulais justement que ça se fasse en douceur, alors je voulais y aller petit à petit. Ne pas le crier sur tous les toits. Ne pas le dire à tout le monde. Être un peu discret. Tu sais, je me rends compte que ça n'a pas été facile pour vous, alors on va faire ça pas à pas. Écoute, je suis là maintenant. Shhhhhh. Tout va bien se passer. Je suis désolé pour tout ça. Je suis désolé." Justement non. Non cela ne va pas bien se passer. Et non, ça ne va pas. Ca n'ira pas. Il y a des choses qui parfois, sont inexplicable, comme l'instinct féminin, et le sien, depuis plusieurs minutes lui dit cash que quelque chose cloche, que quelque chose ne tourne pas rond. Plus les secondes passent, et plus le teint de Caëcilia devient blafard. La nausée lui porte au coeur. Elle a besoin d'air. De son étreinte, elle se détache, certes de manière vive, mais nullement brusque. Qu'il reste à sa place. Elle, elle se recule alors d'un pas, puis deux, secoue la tête en même temps qu'elle se pince l'arrête du nez et ferme les yeux. Sa façon de parler; dire les choses comme elle le sont, tout en restant assez évasif c'est.. Suspect à son goût. Et surtout, ça ne lui ressemble pas, sans parler du fait que.. Sept mois. Putain, sept mois, et seulement maintenant ? Ca n'a aucune logique. Elle ré ouvre les yeux, redresse son faciès, et vient à nouveau soutenir le regard de Ryan. On dirait qu'elle reprend des couleurs, petit à petit. "Pourquoi Ryan ?" Pourquoi quoi ? Et bien.. Pourquoi avoir attendu sept mois, pourquoi avoir à peine réagi à son baiser ? C'est à présent la colère qui la guette et commence à la submerger. " J'ai du mal à te suivre. Tout le monde te croit mort ici, ta famille, tes amis, moi-même, avons tous du accepter et en faire notre deuil durant ces sept derniers mois. Sept mois Ryan. Sept putains mois ! Et tu n'as pas l'air de te soucier de ça. Tu comptes faire quoi ? Rendre visite aux membres de ta famille les uns après les autres; un par jour ? Je te demande de m'expliquer, d'être clair, précis. Qu'est-ce qui s'est passé ? Où est-ce que tu étais ? Et surtout, pourquoi avoir attendu sept mois pour revenir ici ? Je ne sais pas moi, un coup de fil, une lettre, un mail.." La voilà à présent qui croise les bras sous sa poitrine, visiblement en attente de réponse. Elle n'en démordra pas. Elle a beau être à la fois sous le choc et heureuse, elle reste persuadée qu'il cache quelque chose et tant qu'elle ne saura pas, Caëcilia ne sera pas tranquille.










 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 14 Fév - 20:20



Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan





"Pourquoi Ryan ?  J'ai du mal à te suivre. Tout le monde te croit mort ici, ta famille, tes amis, moi-même, avons tous du accepter et en faire notre deuil durant ces sept derniers mois. Sept mois Ryan. Sept putains mois ! Et tu n'as pas l'air de te soucier de ça. Tu comptes faire quoi ? Rendre visite aux membres de ta famille les uns après les autres; un par jour ? Je te demande de m'expliquer, d'être clair, précis. Qu'est-ce qui s'est passé ? Où est-ce que tu étais ? Et surtout, pourquoi avoir attendu sept mois pour revenir ici ? Je ne sais pas moi, un coup de fil, une lettre, un mail.." Pourquoi ? Mais crois-tu seulement une seconde que tu es prête à entendre ce que j'ai à te dire ?! Bonsoir Caecilia, ça va bien ? Ah oui moi aussi je suis le plus heureux du monde de te retrouver mais le seul truc c'est que je ne sais pas qui tu es. C'est ça que tu voulais ? Alors, je restais là à t'écouter te rendre malade, à ne pas assumer la nouvelle parce qu'après tout, ça faisait peut être beaucoup d'un seul. Et puis parce qu'aussi, et tu as raison, je n'étais peut être pas assez convaincant. J'essayais de jouer un rôle dont je n'avais ni le script ni le scénario. Autant dire que mes chances de succès de base se rapprochaient dangereusement de zéro. Pour autant, je me trouvais devant toi. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me facilite la tâche, mais.. Je dois l'admettre, je n'avais pas prévu que cela ne se passe ainsi. En fait, je n'avais rien prévu du tout, comme ça les choses étaient plus simples.  Mais déjà, j'avais du mal à soutenir son regard. Si elle me posait autant de questions, c'était qu'elle n'était pas au courant. Si elle n'était pas au courant, c'était que je n'avais pas jugé nécessaire ou même bon qu'elle le soit. C'était aussi simple que cela. Alors j'affichais un sourire un peu déçu, et je me retournais déjà pour visiter la maison. En vérité, c'était elle et son regard que je fuyais. A cet instant, je comprenais ce qu'elle faisait ici et pourquoi je l'avais choisi elle. Son caractère, son minois. Mais elle avait tant de questions dont je n'étais pas encore prêt à lui répondre.

Je me pinçais les lèvres. Je savais qu'à l'instant où je lui tournais le dos, et fuyais la discussion, j'allais m'attirer ses foudres parce que ce n'était pas dans mon habitude de le faire. Je préférais nettement mettre les gens devant leur contradiction plutôt que me taire. Même avec Hunter. Surtout avec Hunter. Ce qui m'avait semblé évident me paraissait obsolète en entendant Caecilia, et peut être me disais-je déjà que je n'avais pas du tout employé la bonne méthode. Parce qu'effectivement, je comptais voir ma famille un par un. Enfin.. J'en savais rien en fait. Je n'avais pas prévu tout ça, et je ne savais plus où j'en étais. Dans tous les sens du terme. Tout me semblait si étranger, alors que je semblais si familier aux autres. Elle avait croisé ses bras sous sa poitrine et moi je lui avais tourné le dos. J'espérais que ça se calmerait par magie mais je savais que ça ne serait pas le cas. Loin de là. " Du temps. J'ai besoin de temps. "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 14 Fév - 21:22



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


Prête ? Mais prête pourquoi au juste ? Pour l'entendre lui débiter tout un tas de conneries qui sonnent tellement.. faux ?! Prête ou pas, ça n'était pas franchement la question, pour le coup. Elle plisse les yeux, ne bouge pas, ne serait-ce même d'un centimètre, et se contente d'attendre. Attendre une réponse, qui malheureusement, ne viendra pas. Elle l'a comprit, à l'instant même où il lui a tourné le dos. Elle n'est pas fâché, et il est plausible que la colère s'en est aller pour laisser place à la déception. Car oui, pour le coup, blondie est déçue. Peut-être même blessée dans le fond. Il lui fait donc aussi peu confiance que ça, pour ne pas se confier à elle ? Comme quoi, on croit connaître les gens, mais il n'en est rien. Même après quoi, trois, quatre années de relation, des fiançailles. "Du temps. J'ai besoin de temps. " Et c'est tout ? Sincèrement, Ryan ? C'est tout ce qu'il trouve à lui répondre, qu'il ait besoin de temps ? Comme s'il n'en avait pas eu, durant ces sept derniers mois, où tout le monde le pensait mort. C'est donc ça, la lâcheté masculine ? L'une de ces facettes de sa personnalité qu'elle ne connaissait encore pas. Et bien soit. "Merci, d'avoir gâché cet instant." Et c'est tout ? Oui, pour elle aussi, c'est tout. C'était sec, franchement froid aussi. S'en est suivi un mouvement de talons de la part de Caëcilia, qui n'a mit que très peu de temps à quitter la pièce. Claquement de porte aussi. Celle de derrière, parce que, de cette manière, elle n'a pas eu à repasser devant lui. Elle s'est tirée ? A en croire le bruit de moteur qui résonne au loin, faut croire. Bienvenue à la maison, Ryan !














 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 14 Fév - 21:52



Don't cry, because I'm back
Caecilia & Ryan





Ca n'allait pas. Ca n'allait pas comme je voulais. Ca n'allait pas comme ça devrait être. Ca ne devait pas se passer comme ça en fin de compte. Pourtant, c'était bien ce qui était en train de se faire, et j'avais du mal à défaire ce que j'avais moi même initié. "Merci, d'avoir gâché cet instant." Je fermais les yeux alors, me pinçant les lèvres pour éviter de dire une autre connerie. Et lorsque j'ai voulu me reprendre, il semblerait qu'elle n'ait rien voulu entendre " Non attends, je suis désolé je.. " CLAC. La porte. Elle était partie. Je me retrouvais seul dans cette maison. J'avais cru que j'allais retrouver ma vie, et j'avais comme la sensation que je venais de tout faire sauter. En même temps, il fallait pouvoir se mettre à la place de cette femme l'espace d'un instant. Pour ma famille et mes proches, j'aurai remué ciel et terre pour les retrouver ou obtenir des réponses. Caecilia n'avait pas eu un bon rôle, car elle se retrouvait seule, et sans arme pour pouvoir se battre. J'espérais juste que mon service avait tout fait pour minimiser l'impact sur elle.

Alors, il me restait quoi, à moi qui avais tout perdu ? La maison pour moi tout seul. J'essayais alors de vagabonder. Je cherchais la moindre information. Photos, lettres, cadeaux, mots. Peu importait, tout ce qui pouvait me tomber sous la main était de fait très bon à prendre. Je parcourais le salon, puis la cuisine. Et depuis qu'elle était partie, je ne faisais que penser à elle. J'espérais simplement qu'elle ne prévienne personne. Mais, quoi qu'il arrive, je ne lui en voudrais pas. Elle était si étrangère et pourtant déjà tellement présente pour moi. Je montais ensuite les escaliers, pour aller dans la chambre à coucher. Je poussais la porte, et faisait un tour sur moi même, lentement. Histoire de bien m'imprégner du lieu et du moment. Et puis, je venais à ranger mon arme dans la table de nuit. Je prenais un vêtement à Caecilia, et je m'asseyais sur le bord du lit. Prenant une grande inspiration, je restais là, assis, à réfléchir sur la moindre petit chose dont je pouvais me rappeler. Le moindre petit fragment de ma mémoire qui pourrait s'allumer à nouveau. Et j'attendais, là, que les choses se passent.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Ven 17 Fév - 21:56



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


Les dernières paroles de Ryan, elle ne les entendu. Caëcilia s'est tiré, comme ça, sans prévenir, er surtout, elle n'est pas rentrée. Enfin, tout du moins, pas de suite. Il s'est écoulé de longues heures, entre le moment où elle est partie, et celui où elle revient. Voir Mylo, et se confier à lui, lui a fait le plus grand bien. Même si ses idées ne sont pas translucides, elle y voit tout de même un peu plus clair. Lorsqu'elle revient, elle remarque que la voiture de Ryan est encore stationnée devant la maison ; elle en déduit donc qu'il n'a pas bougé. Si elle, a pu réfléchir durant les dernières heures, elle espère qu'il en soit de même de son côté à lui. Quoiqu'il en soit, elle finit par se garer, couper le moteur, et s'extirpe du véhicule. Ses mains sont moites, parce qu'elle reste néanmoins nerveuse, et il y a de quoi étant donné la situation. C'est d'ailleurs, la nervosité mélangé à l'adrénaline de l'excitation qui la fait tenir en éveil. Il fait encore nuit, et même si elle n'a aucune idée de l'heure qu'il peut bien être, elle sait que l'aube ne pas tarder à poindre.

Après avoir soufflé, elle s'avance alors et prend la direction de la porte d'entrée. Aux pied de cette dernière trône toujours le carton et ses quelques bricoles ; elle se penche, s'accroupit même, afin de ramasser le tout, et lorsque c'est fait, elle se redresse et ouvre la porte tâchant de faire le moins de bruit possible. Un étrange silence règne dans la maison, et ce n'est même pas le bouvier qui, se levant, accueil sa maîtresse qui viendra perturber cela. Après quelques caresses effectuées sur le pelage de l'animal, Caëcilia prend soin de refermer la porte derrière, puis de déposer le carton sur l'enfilade, dans le couloir. Après quoi, son regard s'oriente en direction de l'escalier, puis de l'étage, et les battements de son coeur, de commencer à s'accélérer. Elle sait pertinemment où est-ce que Ryan se trouve, et sitôt, elle emprunte alors l'escalier, qu'elle gravit, au fur et à mesure.

Ryan est exactement là où elle pensait le trouver; allongé sur le le lit, le leur. Allongé et endormi. C'est con, mais ça lui écorche un sourire, doux. Elle s'approche alors, et remonte un peu plus la couverture sur lui avant de venir se poser à ses cotés. Et maintenant, elle va se contenter de le regarder dormir, comme jadis. Ou bien, il se réveillera et la surprendra, comme ce fut souvent le cas, ou bien, Caëcilia finira elle aussi par s'endormir tant la fatigue commence à prendre le dessus sur tout le reste.














 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Ven 17 Fév - 22:50



Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan





J'avais attendu que les choses se passent, mais rien ne s'était passé. Pas un flash, pas un souvenir, rien. Simplement une vague sensation, et peut être était-ce seulement du au fait que j'espérais trouver quelque chose. Au final, je ne pouvais être sûr de rien, et il fallait que je me fasse à cette idée que ça allait me prendre du temps. Ce qui était le plus dur dans cette histoire, c'était d'attendre quelque chose dont on avait pas idée. Ca ressemblerait à quoi, au final ? Un déclic et tout reviendrait ? Je n'arrivais même pas à mettre le doigt sur cette sensation, si bien que je finissais parfois par me dire que ça ne reviendrait jamais, tant je n'avais aucune idée sur rien. Le même genre de mémoire quand on essaie de se souvenir de notre enfance, avant 2 ans. Pourtant, elle a bien eu lieu, alors pourquoi ne pas pouvoir mettre une image quelconque sur un souvenir ? Tout était là. Si proche, et pourtant si loin.

Cependant, quelque part, je me sentais un peu mieux. Je n'irais pas à dire jusqu'à apaisé, mais je crois bien que c'était la première fois, depuis que j'avais posé un pied sur le territoire, que je ne m'étais pas senti aussi bien. Et cela, depuis.. autant que je me souvienne en fait. Comment je le savais ? Parce que je n'avais pas entendu Caecilia rentrer. Depuis mon "accident", j'avais le sommeil plus que léger. Et là, rien entendu. Peut être avait-elle fait le moins de bruit possible. Peut être était-ce une professionnelle de la discrétion. Quoi qu'il en soit, elle était rentrée, et se trouvait dans le lit, à mes cotés. Je ne voulais pas lui indiquer que j'étais réveillé, parce que je n'avais toujours aucune réponse à lui donner, et j'avais sans doute autant de questions qu'elle à ce moment là. Déjà, savoir ce qu'elle avait bien pu faire depuis qu'elle était partie comme une furie. Non, je la laissais s'installer, et j'étendais mon bras comme pour la saisir, ou tout du moins la toucher. Pouvoir poser mes doigts sur elle. Mais ne rien changer à ma respiration. Je voulais juste profiter de l'instant, en essayant de me dire que ce n'était pas la première fois que je me retrouvais là avec elle, dans cette position. Je bougeais lentement mon index sur elle, par réflexe, car cela m'aidait à réfléchir. Je pensais à tout le monde. Hunter, Léanne, Milla, Eileen, Ethan, et Caecilia. Je me demandais alors, avec ce qui avait pu se passer quelques heures auparavant, comment pourrait être accueillie la nouvelle de mon retour. En tout cas, j'espérais simplement que ça ne soit pas plus mal accueilli que cette nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 412
Pseudo : Marquiz
Id Card : Margot Robbie + Baby Doll.
Age : 28 уσ.
Job : Professeur de danse
Imprévu : Tu as perdu tes clés.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mar 21 Fév - 23:42



  «  Nothing's real...
Until you let go completely »



 



 


Le calme, après la tempête. C'est exactement ça, et ce calme là, est loin d'être dérangeant, comme il fut le cas lors de ces derniers mois. Bien au contraire, il y a quelque chose de serein, et d'apaisant là dedans. Peu à peu, la fatigue la gagne, c'est certain, mais elle lutte pour rester éveiller, comme par crainte de s'endormir, de se réveiller quelques heures plus tard pour finalement s'apercevoir que tout ça n'est que le fruit de son imagination. Simple rêve. Les minutes passent, et rien ne change, si ce n'est le bras de Ryan, qui vient de se tendre et de s'enrouler autour de sa taille ; elle en profite d'ailleurs pour se rapprocher un peu plus, et ainsi venir se pelotonner contre lui. Là, ce sont ses lèvres à elle qui viennent se poser contre le bout de son nez, sur lequel elle y dépose un baiser, même chose sur ses lèvres. Et puis c'est front qu'elle vient coller contre le sien désormais, paupières closes. En y repensant bien, sa réaction de tout à l'heure fut ridicule, impulsive aussi. Bien entendu, les questions trottent toujours dans sa tête, et quoiqu'il en soit, elle aura besoin de réponses un jour ou l'autre, mais là, maintenant, tout ce qui lui importe, c'est que Ryan soit là. Qu'il soit là, en chair et os, et bien vivant. Le reste n'a franchement d'importance. Elle pourrait rester ainsi des heures entières, à profiter de ce moment de pure quiétude. Inconsciemment ou presque, c'est désormais l'une de ses mains à elle, qui s'agite et effleure du bout des doigts le peu de centimètres de peau qui s'offre à elle au niveau des flancs. Silence toujours, et pendant qu'elle « dessine » du bout des doigts sur sa peau, Caëcilia reste pensive, comme si, elle faisait le point sur ces dernières heures, ces dernières semaines, mois. Ah, si tout était resté aussi simple que lorsqu'ils étaient en France, ça aurait été trop beau, n'est-ce pas ? Quoiqu'il en soit, elle a beau lutter, de toutes ses forces, il arrive un moment où les doigts ne jouent plus, où la main retombe mollement derrière son dos. Pas de doute, blondie vient enfin de trouver le sommeil.




 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 188
Pseudo : Ro'
Id Card : Stephen Amell
Imprévu : Tu as reçu une lettre d'un camarade de l'armée.

(COUNTRY NATION)
♪ Friendships:
MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   Mer 22 Fév - 20:59



Don't cry,  because I'm back
Caecilia & Ryan





Au final, Caecilia était rentrée, et c'était bien ce qui comptait à ce moment précis. Quelque part, cela me rassurait et me confortait dans ma démarche et le fait que je ne me trompais pas. Peut être que j'aurais pu avoir une méthode différente, mais pour autant je savais que c'était la meilleure, et de loin. En tout cas, j'en étais persuadé. Et je pensais que, si Caecilia connaissait toute la vérité et ce qu'il en retournait, elle comprendrait elle aussi. Les marques d'affection qu'elle pouvait m'offrir étaient non seulement appréciable mais quelque peu bienvenues aussi. Peut être était-ce du à la fatigue, en tout cas, j'appréciais. Elle tenait à moi, ça crevait les yeux maintenant et c'en était une évidence faite. Ça ne m'avait pas aidé pour autant à retrouver la mémoire mais, néanmoins, je savais que j'étais sur le bon chemin. Et surtout qu'elle n'était pas une cible à abattre, ce qui n'était pas rien. Lorsque sa main retombait sur moi, j'attendais encore un instant, pour m'assurer qu'elle s'endorme et que je ne la réveille pas. Je n'avais rien à lui dire même si j'espérais qu'elle ne m'aurait posé aucune question si elle savait que je ne dormais pas. Puis, une fois le moment passé, je la gardais un peu plus contre moi, resserrant légèrement mon étreinte, et reculant légèrement le visage pour la contempler en train de dormir. Voir que pendant l'espace d'un instant au moins, elle serait apaisée. Demain sera un autre jour, et je devais me contenter de ça pour l'instant. D'un instant de calme, avec une femme magnifique, et un toit au dessus de la tête. Je pouvais la regarder pendant des heures, et c'est d'ailleurs ce que j'allais faire. Comme si c'était la première fois, à nouveau. Peut être qu'ainsi, je retrouverais notre vie. Passant, de ma main qui restait libre, mes doigts dans ses cheveux qui étaient tombés devant son visage. Et de m'assurer que tout irait bien.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't cry, because I'm back # Caecilia & Ryan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JUMP THEN FALL. :: (lights come on) :: - smoke break - :: - south of montana - :: habitations-
Pré-liens libres
Voici quelques liens très recherchés par les membres actifs du forum. Ils sont super intéressants et vous ferez des heureux.